Articles les plus récents

dimanche 21 janvier 2018
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Carte interactive du Kurdistan

Voir en plein écran
Cette carte fait l’objet d’un travail régulier, fondé sur des recherches auprès de sources dignes de confiance, avec une mise à jour régulière deux à trois fois par semaine, si nécessaire, en fonction des informations géographiques sur les opérations militaires. Elle est directement accessible depuis l’onglet « Carte du Kurdistan » en haut à gauche du site. Les mises à jour sont mentionnées en sous-titre et sont signalées régulièrement sur le compte twitter @AmKurBret. Merci à @Syria_Rebel_Obs ; @Kobane_YPG ; @MarkMonmonier ; @DefenseUnits ; @deSyracuse ; @ChuckPfarrer ; @anfenglish ; @jackshahine ; @comcen76 ; @_paulo34 ; @ColdKurd ; @Avashin ; @sylezjusz
Il s’agit d’une carte dynamique régulièrement complétée. La quantité d’information présentée peut cependant nuire à la lisibilité quand le niveau de zoom est bas (« + / - » en haut à gauche), en ce cas cliquer sur « Légende » en bas à droite permet d’accéder à la liste des calques et de choisir les groupes de données à privilégier.
Par ailleurs il (...)

mercredi 13 février 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Selahattin Demirtaş, lauréat du Prix Montluc 2019 Résistance et Liberté, nominé pour le prix Nobel de la paix de 2019

Les prix Montluc Résistance et Liberté 2019 ont été décerné à : Robert Badinter, Prix spécial du jury, pour son ouvrage « Idiss » (éd. Fayard) Selahattin Demirtaş pour "L’Aurore" (éd. Emmanuelle Collas) Mme Hala Alabdalla, cinéaste syrienne pour le programme « Savoir, voir et revoir ».
Les prix ont été remis à la prison de Montluc à Lyon le 10 février. Ils récompensent des ouvrages, des productions audiovisuelles ou des initiatives particulières qui favorisent l’analyse, la réflexion, la revalorisation des valeurs de résistance et de liberté et en promeuvent l’actualité. Ils sont dotés chacun de 5 000 euros. Parmi les primés se trouve Selahattin Demirtaş, "homme politique kurde et écrivain, actuellement emprisonné pour son action politique en faveur de la démocratie".
Il a aussi été nominé pour le prix Nobel de la paix de 2019 sur la proposition de Thomas Hammarberg, membre du Parlement suédois, ancien commissaire aux droits humains du Conseil de l’Europe et ancien secrétaire général d’Amnesty International. (...)

lundi 11 février 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Exposition sur le Kurdistan à l’Université de Rennes 2

Communiqué des Étudiant.e.s Communistes de Rennes et Jeunes Communistes 35 :
Du lundi 11 février et pendant toute la semaine, une exposition sur le Kurdistan, composée de photos prises en 2018, est accrochée dans le hall L de l’Université Rennes 2, dans le cadre de la « Semaine de la pensée marxiste ».
En mars 2018, nous nous envolions vers le Kurdistan pour célébrer le Newroz ?, le nouvel an kurde. En plus de participer aux festivités, il s’agissait de découvrir le combat des Kurdes du Rojava ?, en tant que peuple opprimé mais en lutte constante contre la domination turque. Les Kurdes sont en effet à l’avant-garde sur le combat féministe, anti-fasciste et anti-impérialiste, et appliquent un modèle de société auquel nous, jeunes communistes, aspirons. Ils sont aussi une force dans le combat contre Daesh.
Mais l’année 2018 fut celle de l’invasion d’Afrin, bastion de résistance du peuple kurde et celle d’arrestations et d’assassinats par le gouvernement d’Erdogan, ce dernier étant défendu par la communauté (...)

samedi 9 février 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Le pire peut encore être évité au Rojava (Kurdistan de Syrie)

Dans Le Monde du 31 janvier 2019 est parue une tribune signée Patrice Franceschi : « La France joue un rôle majeur pour éviter le pire au Kurdistan de Syrie ». Patrice Franceschi n’est pas n’importe qui. Ecrivain, cinéaste, aventurier, capitaine du fameux trois-mâts « La Boudeuse », il connait bien les Kurdes, qu’il côtoie depuis les années 90. Après la sortie de son livre « Mourir pour Kobanê », il fut l’invité en 2015 du festival international du livre et du film Etonnants Voyageurs à Saint-Malo. « Mourir pour Kobanê » est le récit de terrain d’une guerre que l’on suit de loin, un dialogue avec des combattantes et combattants qui connaissent le vrai sens de leur combat. Patrice Franceschi leur rend un vibrant hommage : ils·elles ont sauvé Kobanê, devenue le symbole de la lutte contre Daech. Mais rien n’est joué pour autant.
Pour les Kurdes, la peste et le choléra… pas encore
On pouvait effectivement craindre le pire après l’annonce de Donald Trump, le 19 décembre dernier, de retirer sans délai les soldats (...)

samedi 9 février 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Soutien aux 14 Kurdes de Strasbourg, en grève de la faim depuis plus de cinquante jours

Le 22 janvier nous faisions mention des grèves de la faim qui gagnaient progressivement toutes les prisons en Turquie et celle commencée à Strasbourg depuis le 17 décembre 2018, avec des revendications clairement exprimées.
Malgré les divers interventions politiques et manifestations de protestations, la situation, qui n’a pas évoluée, est devenue dramatique. Le Collectif de soutien aux grévistes de Strasbourg lance un appel au secours : depuis le 17 décembre 2018, 14 Kurdes sont en grève de la faim illimitée pour réclamer la fin de l’isolement total de leur leader emprisonné Abdullah Öcalan et la libération de tous les prisonniers politiques en Turquie. Cela se passe à Strasbourg ! L’état de santé des grévistes de la faim est alarmant ! Ils en sont à leur cinquante-quatrième jour de jeûne ! Cela ne peut que nous interpeller ! Notre collectif de soutien appelle à un sursaut de l’opinion publique et des personnes attentives aux Droits de l’Homme. Les pouvoirs publics doivent intervenir rapidement auprès du (...)

mercredi 6 février 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Procès honteux en Turquie : Gültan Kışanak, maire destituée de Diyarbakir, condamnée à 14 ans et 3 mois d’emprisonnement

La Haute Cour pénale de Malatya a condamné Gültan Kışanak, maire destituée de Diyarbakir, à 11 ans et 3 mois d’emprisonnement pour « appartenance à une organisation illégale » et à trois autres années d’emprisonnement pour « propagande en faveur d’une organisation illégale ».
Au cours de cette 12ème audience, la Haute Cour Pénale a également prononcé à l’encontre de Sebahat Tuncel, co-présidente du Parti démocratique des régions (DBP), une peine d’emprisonnement de 9 ans et 9 mois pour « appartenance à une organisation illégale et à 5 ans et 3 mois pour faits de »propagande pour une organisation illégale". Sebahat Tuncel avait été arrêtée en novembre 2016 alors qu’elle protestait contre l’opération politique menée contre les députés du HDP ?. Elle n’a pu assister à l’audience car elle est en grève de la faim illimitée et l’objet pour ce fait d’une sanction disciplinaire. Sebahat Tuncel a gardé beaucoup d’amis à Rennes, notamment chez les jeunes femmes kurdes.
Gültan Kışanak, une figure emblématique de la lutte pour la dignité (...)

mercredi 30 janvier 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Fuir la Turquie, sa guerre et ses horreurs à Afrin

Comme plus de 500 familles originaire du canton d’Afrin, Sabri* a trouvé refuge à Kobanê. D’autres se sont installées dans le camp de la région de Shehba, au sud d’Afrin, alors que certaines ont traversé l’Euphrate pour rejoindre les villes de la Djéziré. Selon l’Administration autonome du Nord-Est de la Syrie, ce sont plus de 300 000 personnes qui ont fui le canton d’Afrin en 2018. Sabri, que Tony, président des Amitiés kurdes de Bretagne et moi avons rencontré en juin dernier, raconte ici son expérience et celle de sa famille, dont une partie vit toujours dans le canton d’Afrin, sous occupation turque dans l’indifférence et le silence de la communauté internationale.
Christophe Thomas
*Prénom modifié pour des raisons de sécurité
« 20 janvier 2018, 15h20. L’enfer s’abat dans une fumée noire sur ce qui était un paradis, déchainant la mort de tous les côtés. Je suis en train de manger chez moi à Jinderes lorsqu’un ami de mon père ouvre la porte en me disant à bout de souffle : »fils, la Turquie nous attaque  (...)

samedi 26 janvier 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

L’APCE appelle la Turquie à libérer les élus kurdes emprisonnés et à appliquer les recommandations du CPT concernant Abdullah Öcalan

Suite à la mobilisation internationale autour de Leyla Güven et des autres grévistes de la faim qui demandent la levée du régime d’isolement imposé à Öcalan, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), réunie en session plénière à Strasbourg, a tenu jeudi 24 janvier un débat d’urgence sur la Turquie. A l’issue de ce débat, a été adoptée une résolution appelant la Turquie à libérer les élus kurdes emprisonnés et à appliquer les recommandations du CPT concernant Abdullah Öcalan.
L’Assemblée, considérée comme la plus ancienne assemblée parlementaire pluraliste internationale, a notamment exprimé ses préoccupations concernant :
la levée de l’immunité de 154 parlementaires en mai 2016, qui a affecté de manière disproportionnée le Parti Démocratique des Peuples (HDP ?),
l’impact qu’ont eu sur les libertés d’expression, de réunion et d’association, sur les médias et sur la démocratie locale les décrets-lois votés dans le cadre de l’état d’urgence entre juillet 2016 et juillet 2018,
les réformes constitutionnelles (...)

samedi 26 janvier 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Leyla Güven libérée mais déterminée à continuer sa grève de la faim à son 80° jour

La décision de libérer Leyla Güven, détenue depuis janvier 2018, a été prise le 25 janvier 2019 par la 9ème Cour pénale de Diyarbakır, lors de la 5° audience d’un procès dont les chefs d’accusation sont "création et commandement d’une organisation armée”, "propagande pour une organisation illégale" et "opposition à la loi 2911". Cette remise en liberté conditionnelle a été assortie d’une interdiction de quitter le territoire. Le procès a été ajourné au 29 mai.
Leyla Güven, coprésidente du DTK et députée HDP ? de Hakkari, était en grève de la faim depuis 79 jours, pour protester contre l’isolement carcéral exercé sur le leader du peuple kurde, Abdullah Öcalan. Cette libération n’est pas le fruit du hasard. Les autorités turques craignaient-elles les conséquences d’un décès d’une détenue gréviste de la faim ? Si oui, elles ont du souci à se faire car 300 autres détenus aussi déterminés vont continuer leur mouvement jusqu’à la mort.
La pression internationale n’y est sans doute pas étrangère non plus et nous avons ici relaté (...)

mardi 22 janvier 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Près de 300 grévistes de la faim dans 58 prisons en Turquie, 14 Kurdes grévistes de la faim à Strasbourg depuis le 17 décembre, des voix s’élèvent pour demander une intervention de la France

Les revendications sont clairement exprimées par 14 Kurdes en grève de la faim illimitée, relayées par un comité de soutien dans lequel on trouve Les Amis du Peuple kurde en Alsace, le Centre démocratique du Peuple kurde de Strasbourg, Zin (association des femmes kurdes), le MRAP Strasbourg, le PCF 67, le Mouvement de la Paix 67, Justice et Liberté, Partizan, le NPA, ACAP. Elles relaient celles de centaines de personnes également en grève illimitée depuis que la députée Leyla Güven a envoyé un signal, le 7 novembre 2018, depuis la prison de Diyarbakir où elle est détenue injustement :
fin de l’isolement total d’Abdullah Öcalan ;
visite du CPT (Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants) à Abdullah Öcalan et à Leyla Güven ;
fin de l’invasion turque au Rojava ? ;
libération de tous prisonniers politiques en Turquie.
Communiqué des grévistes de la faim de Strasbourg
Ce cahier de doléances s’adresse aux institutions européennes -en particulier au (...)

dimanche 20 janvier 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Le coup de cœur d’Ulysse pour « Rojbîna me »

« J’ai été ému par la lecture du livre sur Rojbin, et je me réjouis que vous ayiez évité le travers d’un ton pleurnichard, d’une présentation en pathos, heureux de n’avoir pas eu une hagiographie entre les mains. J’ai ressenti au cœur cet ouvrage, battant les pulsations d’un bel hommage, venu d’amis, touchés par la perte d’un être aimé, abasourdis, dépassés par l’acte d’une violence »professionnelle« , dont l’irréparable fêlure laisse ouverte la porte des colères, en même temps que celle, dont le chemin qu’elle induit est plus terrible encore, du soupçon de l’absurdité de toute chose. Mais non, tout n’est pas absurde ! Et le combat de cette femme, comme celui de Demirtas est là pour nous servir d’inspiration, afin de vivre dans toute l’étendue de ce que les mots de »Liberté« , et »Dignité« promettent. Merci pour cette publication. » Ulysse, Rennes, le 16 janvier 2019.
Où peut-on se procurer « Rojbîna me » ?
En Bretagne
A Brest :
Librairie Dialogues, Parvis Marie-Paul Kermarec, rue de Siam
Auprès de M. Le Hir, M. (...)

mardi 15 janvier 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Des députés européens GUE/NGL, Verts/ALE, S&D unis pour soutenir Leyla Güven, en grève de la faim

Plus de 25 députés de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen (S&D), du groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (GUE/NGL) et du Groupe des Verts/Alliance libre européenne (Verts/ALE) ont manifesté leur soutien au sein du Parlement européen à Strasbourg à Leyla Güven, en grève de la faim depuis le 7 novembre 2018.
Leyla Güven est en détention provisoire depuis près d’un an. La cinquième audience de son procès est fixée au 25 janvier prochain. Leyla Güven a été maire de Viranşehir (succédant à Emrullah Cin), membre du Congrès des Pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe, avant d’être élue députée une première fois le 7 juin 2015. Arrêtée le 31 janvier 2018 et incarcérée dans la prison de haute sécurité de Diyarbakir, elle a été élue députée de Hakkari lors des élections législatives de juin 2018. Sa demande de mise en liberté en application de la législation relative à l’immunité parlementaire avait été dans un premier temps accepté par le (...)

dimanche 13 janvier 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Une imposante manifestation à Paris, dans l’ordre et la dignité, demande justice pour Sakine, Leyla et Rojbîn

Ce samedi 12 janvier marque la détermination du peuple kurde et de toutes les organisations démocratiques qui le soutiennent pour exiger de la France qu’elle demande des comptes à la Turquie, qui a envoyé ses tueurs assassiner en plein Paris trois militantes kurdes le 9 janvier 2013.
15 000 personnes – peut-être plus - ont défilé à Paris, de la gare du Nord à la place de la République, une manifestation digne et sans violence, protégée par un service d’ordre efficace de plus de 700 gilets fluo floqués « CDK-F » (Conseil démocratique kurde de France), un modèle d’organisation.
Dans l’espoir qu’il n’est pas nécessaire de tout casser pour se faire entendre. Les Amitiés kurdes de Bretagne avaient envoyé une délégation.
André Métayer
Chris Den Hond, vidéo-journaliste, a réalisé un reportage sur cette journée (...)

vendredi 11 janvier 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Emmanuelle Collas a présenté « L’Aurore » de Selahattin Demirtaş

Les prisons turques regorgent de détenus politiques, députés, maires, écrivains, artistes, journalistes, enseignants, militaires. Les condamnations s’empilent, les années de prisons s’allongent, les grèves de la faim gagnent peu à peu tous les établissements pénitenciers, les sanctions disciplinaires pleuvent mais même les « mises au tombeau » ne peuvent arrêter la parole née dans les prisons turques devenues la plus grande université de Turquie. La littérature traverse les murs, se répand à travers le pays, malgré la censure, malgré la répression : "la littérature est une arme efficace contre la dictature", martèle Emmanuelle Collas, éditrice de "Aurore" de Selahattin Demirtaş. Invitée par la librairie Le Failler, en partenariat avec les Amitiés kurdes de Bretagne et avec le soutien actif du Conseil démocratique kurde de Rennes (CDK-R), elle était à Rennes ce 9 janvier à l’espace Ouest France, pour une rencontre dédicace avec le public rennais animée par Arnaud Wassmer, producteur et animateur d’émissions (...)

mardi 8 janvier 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Sixième anniversaire d’un crime d’Etat toujours impuni

Le mercredi 9 janvier 2013 est gravé à tout jamais comme un jour noir dans l’histoire kurde. Ce jour-là, les militantes kurdes Sakine Cansiz, Fidan Dogan (Rojbîn) et Leyla Söylemez étaient froidement assassinées d’une balle dans la tête, dans les locaux du Centre d’Information du Kurdistan, situés au 147 rue La Fayette à Paris. Depuis, les Amitiés kurdes de Bretagne demandent que « Vérité et Justice » soient faites. Le souvenir des trois victimes n’est pas effacé, notamment celui de Rojbîn particulièrement connue et estimée à Rennes, en Bretagne, en France et ailleurs. Figure emblématique de la jeune femme kurde, moderne, luttant contre l’oppression turque et contre l’oppression féodale, Rojbîn était pour cette cause aussi, une avocate souriante mais ferme et totalement engagée. Sa force de conviction était la seule arme qu’elle savait manier avec élégance et efficacité. C’est sans doute l’un des motifs de ce meurtre : il fallait faire taire cette voix qu’on pouvait difficilement taxer de « terroriste ». Elle a été (...)

Agenda

<<

2019

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 21 janvier 2018

Publication

1250 Articles
Aucun album photo
121 Brèves
24 Sites Web
23 Auteurs

Visites

137 aujourd’hui
298 hier
1116773 depuis le début
4 visiteurs actuellement connectés