Articles les plus récents

dimanche 21 janvier 2018
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Carte interactive du Kurdistan

Voir en plein écran
Cette carte fait l’objet d’un travail régulier, fondé sur des recherches auprès de sources dignes de confiance, avec une mise à jour régulière deux à trois fois par semaine, si nécessaire, en fonction des informations géographiques sur les opérations militaires. Elle est directement accessible depuis l’onglet « Carte du Kurdistan » en haut à gauche du site. Les mises à jour sont mentionnées en sous-titre et sont signalées régulièrement sur le compte twitter @AmKurBret. Merci à @Syria_Rebel_Obs ; @Kobane_YPG ; @MarkMonmonier ; @DefenseUnits ; @deSyracuse ; @ChuckPfarrer ; @anfenglish ; @jackshahine ; @comcen76 ; @_paulo34 ; @ColdKurd ; @Avashin ; @sylezjusz
Il s’agit d’une carte dynamique régulièrement complétée. La quantité d’information présentée peut cependant nuire à la lisibilité quand le niveau de zoom est bas (« + / - » en haut à gauche), en ce cas cliquer sur « Légende » en bas à droite permet d’accéder à la liste des calques et de choisir les groupes de données à privilégier.
Par ailleurs il (...)

jeudi 24 mai 2018
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Le Tribunal permanent des peuples a rendu son verdict : condamnation sans appel de la Turquie pour crimes de guerre et crimes d’Etat

Le Tribunal permanent des Peuples (TPP), qui a tenu les 15 et 16 mars derniers à Paris à la Bourse du Travail une session portant sur les violations présumées du droit international et du droit international humanitaire par la République de Turquie et ses agents, a rendu son verdict le 24 mai, à l’issue d’une séance solennelle qui s’est tenue à Bruxelles, au Parlement européen.
Au vu des preuves évidentes des faits soumis à son attention et prenant en considération les rapports d’expertise présentés et discutés au cours de l’audience, le Tribunal permanent des Peuples a déclaré l’Etat turc responsable du déni au peuple kurde de son droit à l’autodétermination, « en lui imposant l’identité turque, en niant l’identité et la présence du peuple kurde, en réprimant sa participation à la vie politique, économique et culturelle du pays, interprétée comme une menace à l’autorité de l’Etat turc ».
L’Etat turc est reconnu coupable, durant la période du 1er janvier 2015 au 1er janvier 2017, pour « crimes de guerre au cours de (...)

dimanche 20 mai 2018
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Rencontre avec Besime Konca, députée kurde démise de ses fonctions : rien ne peut arrêter sa force de conviction

Etonnante rencontre avec Besime Konca, députée kurde, de passage à Rennes pour mobiliser l’électorat kurde de la diaspora en prévision des prochaines échéances électorales en Turquie, dans le cadre d’une campagne électorale déclenchée précipitamment en Turquie après la manipulation du président Erdoğan qui convoque des élections anticipées, législatives et présidentielle, le 24 juin prochain.
Cette manœuvre interroge : l’autocrate sent-il son pouvoir vaciller ? Selahattin Demirtaş sera candidat contre Erdoğan au poste de président et, Besime Konca me l’a certifié, il y aura dans chaque circonscription un candidat présenté par le HDP ?, qui, ne l’oublions pas est le Parti de la démocratie des peuples, le seul qui est porteur d’espoir et de changement, selon Mme Konca : à vrai dire le HDP est le seul parti qui peut apporter un changement politique radical en Turquie, prônant la démocratie, la décentralisation, la laïcité, l’égalité homme/femme. Le HDP reconnait la société comme étant multi-identitaire, multiculturelle, (...)

dimanche 20 mai 2018
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Les Kurdes et l’Empire ottoman : plus de trois siècles d’autonomie

Région de passage commercial à la croisée des mondes ottoman, arabe et perse, le Kurdistan est longtemps resté une zone contestée durant l’époque médiévale. Face aux expansions territoriales de l’Empire perse à l’est des mont Zagros, le Sultan ottoman réagit et dépêche une armée pour affronter les forces perses en plein cœur du Kurdistan au début du XVème siècle.
La bataille décisive entre les deux empires a lieu en août 1514 à Çaldiran, dans nord-ouest de l’Iran actuel. Les troupes du Sultan Selim 1er, plus fortes en nombre et bénéficiant du soutien de l’artillerie, remportent une victoire éclatante sur l’armée du Shah Ismail 1er. Une frontière est alors définie entre les deux empires et restera à peu de choses près la même jusqu’en 1914. Si les Kurdes combattent des deux côtés, ils se rangent en majorité du côté des vainqueurs une fois la bataille terminée. Car pour administrer et sécuriser les nouveaux territoires récupérés ou conquis au Kurdistan, le Sultan décide de s’appuyer sur les structures tribales (...)

vendredi 4 mai 2018
par  Amitiés kurdes de Bretagne

2 km de la Redadeg courus au nom de Kendal Breizh

La Gauche indépendantiste a réservé deux kilomètres de la course populaire pour la langue bretonne, ar Redadeg, au nom de Kendal Breizh.
Ces deux kilomètres (n°438 et 439) seront courus près de Pontivy, à l’entrée de la commune de Saint-Thuriau, le dimanche 6 mai à 16h31.
La Gauche indépendantiste appelle à courir ces deux kilomètres avec drapeaux, banderoles... pour qu’ils soient colorés et vivants, en mémoire de Kendal Breizh.
Après la course, un verre de l’amitié permettra d’échanger sur l’actualité au Kurdistan.
Pour trouver les kilomètres 438 et 439 : https://stal.ar-redadeg.bzh/map?target=2&language=br#map=11/-2.8/48.01

mercredi 2 mai 2018
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Inquiétude des milieux financiers : Standard & Poor’s abaisse la note de la Turquie

L’agence de notation économique mondiale Standard & Poor’s (S&P) a annoncé mardi 1 mai 2018 qu’elle avait abaissé la note de crédit de la Turquie, au grand dam du chef de l’Etat turc qui juge « suspect » le timing de cette mesure à deux mois d’élections anticipées dans le pays.
Standard and Poor’s est l’une des trois sociétés leaders mondiales de la notation financière dont l’influence sur les marchés et la vie des entreprises est considérable. Ces agences de notation financière se chargent d’évaluer le risque de non remboursement des dettes que présente l’emprunteur, la Turquie en l’occurrence, qui se retrouve ainsi reléguée encore davantage dans la catégorie des investissements considérés comme « spéculatifs » :
nous dégradons la Turquie à cause de ce que nous considérons comme des déséquilibres macroéconomiques croissants. Dans ce contexte, la dégradation reflète nos inquiétudes face à la détérioration des perspectives d’inflation et à la dépréciation et la volatilité à long terme du taux de change de la (...)

lundi 30 avril 2018
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Sauvons Hasankeyf

Nous écrivions en 2008 : les Amitiés kurdes de Bretagne ont, déjà, dans les années passées, attiré l’attention des autorités françaises, des élus locaux et du public, sur la nécessité de sauver le site archéologique de Hasankeyf, menacé par le projet d’un barrage, sur le Tigre, le barrage d’Ilisu, pour la construction duquel des contrats de financement viennent d’être signés avec la participation d’un consortium international de banques, parmi lesquelles la Société Générale, pour un montant de 1.47 milliards de dollars.
Les AKB, qui avaient envoyé à plusieurs reprises une délégation à Hasankeyf, ont participé le 18 mars 2008 à une manifestation en présence de Hüseyin Kalkan, maire de Batman et de Ayla Akat Ata, députée, au cours de laquelle des abricotiers ont été plantés dans le champ où était prévu le démarrage de la construction du barrage. Tout un symbole !
Les AKB avaient également invité adhérents et sympathisants à signer une pétition qui protestait contre le financement de la construction du barrage d’Ilisu et (...)

dimanche 22 avril 2018
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Exposition-vente des œuvres de Zehra Doğan au Babazula à Rennes du 1er au 9 mai 2018

Du 1er au 9 mai prochain, les Amitiés kurdes de Bretagne et Kedistan co-organisent, avec le Babazula, une exposition de 20 reproductions des œuvres de Zehra Doğan. Première étape avant une exposition plus importante des œuvres originales de Zehra dans un autre lieu à Rennes, cette exposition est avant tout un geste de solidarité avec les milliers de réfugiés et de déplacés d’Afrin. Les 20 œuvres exposées seront en effet mises en vente à l’issue d’une soirée le mercredi 9 mai, lors de laquelle Kedistan et les Amitiés kurdes de Bretagne feront une visite guidée et commentée de l’exposition et un état des lieux de la situation en Turquie. Une toile originale, issue des « œuvres évadées » de 2017, sera également mise en vente. Il s’agira d’une vente à but lucratif et non commercial dans la prolongation des activités de soutien que les Amitiés kurdes de Bretagne et Kedistan mènent depuis de nombreuses années.
Depuis l’invasion d’Afrin par l’armée turque et ses supplétifs, des milliers de déplacés sont accueillis dans des (...)

samedi 21 avril 2018
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Erdoğan manipule le calendrier électoral, la Turquie s’enfonce dans la dictature

Avec Osman Baydemir et Selma Irmak, ce sont 11 députés du Parti de la Démocratie des Peuples (HDP ?) qui ont été destitués et démis de leurs mandats. De plus, des requêtes du procureur général d’Ankara visent Feleknas Uca, Sibel Yiğitalp, Dilek Öcalan, Mizgin Irgat, Nadir Yıldırım, Alican Ünlu et Garo Paylan, tous et toutes accusés de faire de la propagande en faveur du terrorisme, d’humilier la nation turque, d’insulter le président turc ou de violer la loi sur les partis politiques. Neuf élus, dont les co-présidents du groupe, sont déjà incarcérés et dans l’impossibilité d’exercer leurs mandats (Selahattin Demirtaş, Figen Yüksekdağ, Abdullah Zeydan, Burcu Çelik Özkan, Çağlar Demirel, Gülser Yıldırım, Ferhat Encu, İdris Baluken, Selma Irmak) et trois ont choisi le chemin de l’exil. La manœuvre est claire : il s’agit d’éradiquer la seule vraie opposition parlementaire au président-dictateur avant la tenue de nouvelles élections organisées de façon telle qu’elles viendront conforter sa politique hégémonique. Et pour ce, (...)

samedi 21 avril 2018
par  Amitiés kurdes de Bretagne

La Turquie taclée par le Parlement européen

Dans sa résolution du 15 mars 2018 sur la situation en Syrie, le Parlement européen a jugé sévèrement l’opération militaire turque en Syrie, considérant que « l’opération Rameau d’olivier menée par la Turquie dans la province d’Afrin contrôlée par les Kurdes a ajouté une nouvelle dimension au conflit syrien et a soulevé des préoccupations et des inquiétudes supplémentaires quant à ses répercussions sur le fragile équilibre interne en Syrie et sur les efforts déployés en faveur d’une solution négociée ».
Le parlement a déploré « un nombre important de victimes civiles » et la mise en danger de milliers d’autres, et a invité le gouvernement turc à jouer un rôle constructif dans le conflit syrien, et ce, dans l’intérêt même de la Turquie : « l’ouverture de nouveaux fronts en Syrie n’est pas dans l’intérêt de la Turquie en matière de sécurité » et de plaider en faveur d’un cessez le feu sur tout le territoire de la Syrie, y compris à Afrin. Il a donc demandé gouvernement turc de cesser son offensive et de retirer ses troupes. (...)

mercredi 18 avril 2018
par  Amitiés kurdes de Bretagne

L’ordre règne à Diyarbakir : les militants politiques kurdes ont le choix entre la prison, l’exil ou la clandestinité

C’était en 1831, l’armée du tsar russe forte de 115 000 hommes venait d’écraser la révolte polonaise et une répression féroce s’abattait sur le peuple polonais. Au même moment, à Paris, interrogé sur la situation à Varsovie par les députés de la Chambre, le ministre de la Guerre aurait prononcé cette phrase qui restera attachée à son nom : « l’ordre règne à Varsovie ».
La délégation des Amitiés kurdes de Bretagne, qui vient de rentrer de Turquie après avoir participé au Newroz ? à Diyarbakir et prolongé son périple jusqu’à Van en passant par Mardin, Midyat et Hasankeyf, fait ce terrible constat : « l’ordre règne à Diyarbakir », une répression sans précédent, menée méthodiquement, ne laissant à tout opposant à la politique d’Erdoğan que le choix entre la prison, l’exil ou la clandestinité. Le travail de fond que nous menons depuis plus d’une vingtaine d’années nous permet de noter les différences notables dans les comportements : l’atmosphère a changé ; la fête du Newroz n’a pas donné lieu à une explosion de joie populaire comme les (...)

dimanche 15 avril 2018
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Vendredi 20 avril à 19h au Pôle Sud (Chartres-de-Bretagne) : les photos de François Legeait illustrent « Sur mes yeux » d’Elie Guillou

Autour du spectacle d’Elie Guillou, Sur mes yeux, présenté au Pôle Sud le 20 avril, le Carré d’Art a choisi de croiser les regards en invitant le photographe François Legeait à présenter l’exposition Kurdistan, le retour des années noires.
Dans le cadre de cette soirée une rencontre est proposée avec le photographe pour une conférence commentée de son exposition. Kurdistan : le retour des années noires, photographies de François Legeait
De l’ouverture de pourparlers de paix entre le PKK et le gouvernement turc fin 2012, des espoirs qui en sont nés, et de l’émergence d’un réel processus politique, jusqu’à la plongée dans la dictature et la guerre civile, à la destruction des villes kurdes et aux arrestations massives de 2016, l’exposition présentée retrace en 21 photographies un cycle particulièrement significatif des aspirations et de la tragédie du peuple kurde. Sur mes yeux, un récit d’Elie Guillou (composition musicale de BABX)
Il y a six ans, je partais dans le Sud-Est de la Turquie afin d’y rencontrer les (...)

jeudi 5 avril 2018
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Afrin tombée, Macron dit « stop » à Erdoğan

Que s’est-il passé lors de l’entretien accordé par le président Emmanuel Macron à une délégation de la Fédération démocratique du Nord de la Syrie, qui s’est tenu à l’Elysée le 29 mars dernier, auquel a participé l’amiral Roger, chef d’état-major des armées ? Cette délégation était composée de quatre femmes et deux hommes (kurdes, arabes et chrétiens), membres des Forces démocratiques syriennes (FDS - alliance kurdo-arabe dominée par les YPG ?/J) parmi lesquels Khaled Issa, représentant de l’Auto-administration du Nord de la Syrie en France. La réception en elle-même a constitué un geste significatif, avant un déplacement présidentiel aux États-Unis, rendu officiel par un communiqué de l’Elysée daté du 4 avril : le Président de la République s’est entretenu ce jour au téléphone avec le Président des Etats-Unis d’Amérique. Ils ont abordé les efforts communs mis en œuvre pour lutter contre Daech en Irak et en Syrie. La France et les Etats-Unis sont déterminés à poursuivre leurs actions au sein de la coalition internationale pour (...)

vendredi 30 mars 2018
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Rojinfo : « Rencontre entre Macron et la délégation de la Fédération Démocratique du Nord de la Syrie »

Une délégation d’officiels du Rojava et de la Fédération Démocratique du Nord de la Syrie a rencontré ce jeudi 30 mars à l’Élysée le président français Emmanuel Macron ainsi que l’Amiral Roger, chef d’état-major des armées. La délégation du Nord de la Syrie était composée de la co-présidente du TEV-DEM Asya Abdullah, de la co-présidente du conseil exécutif du canton d’Afrin Hêvîn Resîd, du co-président du conseil des Affaires étrangères du canton de Cizirê Siham Qiryo, de l’élue du conseil exécutif de la région de Cizirê Faner Gaêt, du responsable des relations extérieures des Forces Démocratiques Syriennes Rêdûr Xêlîl, de la porte-parole des YPJ (Unités de Défense des femmes) Nesrin Abdullah et du représentant de l’Auto-administration du Nord de la Syrie en France, Khaled Issa.
Ces représentants ont ensuite tenu une conférence de presse dans laquelle il a été affirmé que le président Macron comptait procéder à l’envoi “très rapide” de renforcements militaires en Syrie, en coordination avec les États-Unis. Ces nouvelles (...)

mercredi 28 mars 2018
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Solidarité Afrin !

Depuis le 20 janvier 2018, l’armée d’occupation turque poursuit ses exactions dans le canton d’Afrin au Rojava (Kurdistan occidental syrien) et le peuple kurde d’Afrin fait face à un nettoyage ethnique par l’armée turque et ses alliés djihadistes.
La communauté internationale, elle, continue de garder le silence et ferme les yeux sur ces massacres. Malgré l’adoption d’une résolution par le Conseil de Sécurité de l’ONU pour l’arrêt des opérations militaires en Syrie, les attaques de l’armée turque continuent. Le cessez -le -feu est présent seulement sur le papier et il n’y a aucune force qui gère son application. Cela fait de la France, de l’Union européenne, des États-Unis, de la Russie et des Nations-Unies des complices de ces crimes. Situation dramatique à Afrin
Depuis le début des attaques des centaines de civils ont été tués, on soupçonne que des villages ont été victimes d’attaques au gaz et des milliers de civils ont été forcés de fuir les raids aériens et les bombardements.
Actuellement, la ville (...)

Agenda

<<

2018

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 21 janvier 2018

Publication

1193 Articles
Aucun album photo
121 Brèves
24 Sites Web
21 Auteurs

Visites

218 aujourd’hui
573 hier
995294 depuis le début
8 visiteurs actuellement connectés