Articles les plus récents

Pazar 21 Ocak 2018
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Carte interactive du Kurdistan

Voir en plein écran
Cette carte fait l’objet d’un travail régulier, fondé sur des recherches auprès de sources dignes de confiance, avec une mise à jour régulière deux à trois fois par semaine, si nécessaire, en fonction des informations géographiques sur les opérations militaires. Elle est directement accessible depuis l’onglet «Carte du Kurdistan» en haut à gauche du site. Les mises à jour sont mentionnées en sous-titre et sont signalées régulièrement sur le compte twitter @AmKurBret. Merci à @Syria_Rebel_Obs ; @Kobane_YPG ; @MarkMonmonier ; @DefenseUnits ; @deSyracuse ; @ChuckPfarrer ; @anfenglish ; @jackshahine ; @comcen76 ; @_paulo34 ; @ColdKurd ; @Avashin ; @sylezjusz
Il s’agit d’une carte dynamique régulièrement complétée. La quantité d’information présentée peut cependant nuire à la lisibilité quand le niveau de zoom est bas («+ / -» en haut à gauche), en ce cas cliquer sur «Légende» en bas à droite permet d’accéder à la liste des calques et de choisir les groupes de données à privilégier.
Par ailleurs (...)

Perşembe 23 Mayıs 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

C’est historique : le triple assassinat de Rojbin, Sakine et Leyla ne restera pas impuni, l’affaire est relancée, un juge d’instruction va être nommé

«C’est historique, c’est la fin de l’impunité pour les assassinats politiques en France commandités depuis l’étranger» a déclaré Antoine Comte, l’un des avocats des parties civiles, à l’annonce de la décision de justice d’ouvrir une information judiciaire sur l’implication des services de renseignement turcs (MIT) dans le triple assassinat de Sakine Cansız, Fidan (Rojbîn) Doğan, et Leyla Saylemez, commis en plein Paris, au 147 rue Lafayette le 9 janvier 2013.
Nous avons évoqué l’affaire à nombreuses reprises et les AKB ont publié le livre «Rojbîna me» (notre Rojbin). L’instruction précédente avait été limitée à la personne d’Omer Güney, le présumé coupable, et l’action s’était éteinte à la suite de son décès en prison. Pour autant, comme l’a déclaré Jean Louis Malterre, autre avocat des parties civiles, «la justice avait reconnu l’implication des services turcs et, après la mort du suspect, nous avons insisté sur le fait qu’il n’avait pas agi seul et qu’il avait reçu une arme des services secrets turcs».
L’ambassadeur de (...)

Salı 21 Mayıs 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Tuna Altinel, universitaire à Lyon-I, interpellé en Turquie et mis en détention

Tuna Altinel, maître de conférences à l’Université de Lyon-I, a été arrêté vendredi 10 mai à Balikesir (Turquie) et placé en détention provisoire pour «propagande en faveur d’une organisation terroriste» au motif qu’il aurait participé à une réunion organisée tout-à-fait légalement à Lyon par les Amitiés kurdes de Lyon et Rhône-Alpes (AKL) le 21 février dernier, intitulée «Cizîr/Cizre : histoire d’un massacre» en commémoration des massacres de Cizre perpétrés en 2016 par l’armée turque contre la population civile de cette ville du Kurdistan de Turquie. Tuna Altinel est aussi signataire de la pétition «Nous ne serons pas complices de ce crime» des Universitaires pour la Paix, lancée en janvier 2016 en réaction aux exactions commises par l’armée turque dans cette région. Poursuivi, à l’instar de 696 autres signataires, pour «propagande en faveur d’une organisation terroriste» et encourant à ce titre jusqu’à sept ans et demi de prison, Tuna Altinel s’était déjà rendu en Turquie fin février pour y présenter sa défense à la cour (...)

Pazar 19 Mayıs 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

La TRT ment, la TRT ment tout le temps : Riza Altun est bien vivant

«Radio-Paris ment, Radio-Paris ment, Radio-Paris est allemand» : certains se souviennent de ce refrain fredonné en cachette quand les Nazis occupaient la France et avaient fait main basse sur tous les moyens de communications. Radio-Paris célébrait à longueur d’antenne les «victoires» de l’occupant contre les résistants qualifiés de «terroristes».
Aujourd’hui, Erdoğan a fait main basse sur tous les médias et les utilise à des fins exclusives d’une grossière propagande. On peut lire par exemple le 18 mai sur le site de la TRT ( (Radio-télévision de Turquie) : «les cibles appartenant aux membres de l’organisation terroriste séparatiste PKK ont été anéanties à la suite de raids aériens turcs menés au nord de l’Irak. D’autre part, les forces de sécurité turques ont porté un coup dur à l’organisation terroriste séparatiste PKK à Diyarbakir. 43 refuges d’hiver appartenant aux terroristes du PKK ont été anéantis. Un grand nombre de munitions a été, par ailleurs, saisi à Van». Or la même TRT avait donné pour mort Riza Altun, (...)

Pazar 19 Mayıs 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Avec la destruction du site archéologique d’Hasankeyf, Erdoğan commet un génocide culturel

La Cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH) a pris, en février dernier, la regrettable décision de rejeter la plainte déposée pour protéger le patrimoine culturel d’Hasankeyf qui va être englouti sous les eaux du barrage Ilisu. Depuis 12 000 ans, Hasankeyf, située dans la région kurde de Turquie, est un site d’établissement humain ininterrompu. Des dizaines de cultures ont contribué à construire ce site exceptionnel qui s’étend sur les rives du Tigre et dans des vallées adjacentes. La fédération européenne « Europa Nostra » pour la sauvegarde du patrimoine culturel et naturel, partenaire de l’Unesco, avait identifié Hasankeyf comme l’un des sept sites les plus menacés au monde en 2016, et publié une déclaration le 29 juin 2017 déplorant que la Turquie, membre du Conseil de l’Europe, ne respecte pas les conventions de Granada et Valetta qu’elle a pourtant ratifiées.
12 000 ans d’histoire vont disparaitre le 10 juin prochain
En 2008, les Amitiés kurdes de Bretagne avaient attiré l’attention des autorités (...)

Cumartesi 18 Mayıs 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Mettre de l’humain auprès des enfants de Lavrio, au cœur du drame des réfugiés kurdes fuyant Afrin

Tony Rublon, président des Amitiés kurdes de Bretagne (AKB) s’est rendu en novembre 2018 à Lavrio, situé à une soixantaine de kilomètres au sud d’Athènes, au camp de réfugiés kurdes, venant pour la plupart de la région d’Afrin, pour examiner sur place, à la demande des responsables du camp, les réponses possibles aux nécessités les plus urgentes. Après de nombreux échanges avec les habitants du camp, avec les représentants de l’assemblée et les coordinateurs, il a été convenu que les Amitiés kurdes de Bretagne organiseraient en 2019 des activités culturelles sous la forme d’ateliers pour les enfants et pour les adultes. Gaël Le Ny, vice-président des AKB, est retourné à Lavrio en février dernier pour en préciser les contenus. C’est, techniquement, politiquement et humainement dans la continuité des ateliers que les Amitiés kurdes de Bretagne avaient animés auprès des déplacés yézidis du camp de Fidanlik de Diyarbakir en 2016. Les activités culturelles se dérouleront du 10 au 21 juin
Les ateliers se dérouleront du (...)

Cumartesi 11 Mayıs 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Lavrio, le refuge de l’espoir

Photo, arts plastiques, musique... nous offrirons les outils pour que l’art s’éveille chez les enfants et les adultes de Lavrio
Les ateliers se dérouleront du 10 au 21 juin 2019, proposant trois types d’activités :
un atelier photo
un atelier arts plastiques
un atelier musique
Dans la continuité des ateliers que nous avions animés auprès des déplacés yézidis à Fidanlik en Turquie en 2016, le matériel nécessaire à la réalisation des activités sera acheté à Lavrio, afin de faire marcher l’économie locale, et laissé dans le camp afin que ses habitants puissent poursuivre les activités après le départ des animateurs. Pour clôturer ces ateliers, nous organiserons une exposition et un concert dans l’enceinte du camp. Dans un second temps, nous organiserons un événement à Rennes, où nous exposerons les œuvres réalisées dans le camp lors d’une soirée intégrée au programme du Festival des Solidarités à Rennes.
Origine du projet
Si le pacte migratoire signé entre la Turquie et l’Union européenne le 18 mars 2016 avait (...)

Çarşamba 8 Mayıs 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Erdoğan mauvais perdant : cinq semaines après les élections municipales en Turquie, il fait annuler le scrutin à Istanbul

En juin 2015, Erdoğan perd la majorité absolue à l’Assemblée. Il impose de nouvelles élections en novembre 2015. En mars 2019, il perd des grandes villes et n’accepte pas la perte d’Istanbul malgré le recomptage. Le 6 mai 2019, le Haut Conseil électoral, sous pression, annule le scrutin à Istanbul. Jusqu’où ira Erdoğan ? Un reportage de Chris Den Hond et Mireille Court
Depuis le coup d’État raté de 2016 en Turquie, une vague de répression s’abat tous azimuts : sur des juges, enseignants, infirmiers, journalistes, élus... Dans la région kurde, le parti pro-kurde HDP gérait 102 mairies. 94 de ces maires ont été destitués et remplacés par des administrateurs, fidèles d’Erdoğan. Le 31 mars 2019, malgré la répression, le HDP vient de regagner 58 mairies. À Batman, le HDP obtient 66% des votes. Mehmet Demir est le nouveau maire. Mais jusqu’à quand ? À Diyarbakir, la capitale du Kurdistan de Turquie, la maire élue, Gültan Kışanak, avait mis en place un théâtre de la ville. Elle purge actuellement une peine de prison (...)

Salı 7 Mayıs 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Erdoğan fait annuler les élections municipales à Istanbul

Sous la pression du président Recep Tayyip Erdoğan, qui a été lui-même maire d’Istanbul dans les années 1990, le Conseil électoral supérieur (YSK), à la botte du monarque, annule la victoire de l’opposition aux municipales à Istanbul et décide d’organiser un nouveau scrutin le 23 juin prochain. Qui osera dire encore que la Turquie est un Etat de droit?
André Métayer

Salı 7 Mayıs 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Une brèche dans l’isolement carcéral imposé à Abdullah Öcalan depuis 8 ans

Les grèves de la faim, effrayantes, désespérées, ont fini par obtenir un résultat : les avocats d’Abdullah Ocalan ont été enfin autorisés à rencontrer leur client le 2 mai dernier, pour la première fois depuis 8 ans. La dernière rencontre remontait au 27 juillet 2011. Et c’est pour rompre cet isolement carcéral total que des grèves de la faim étaient menées, à l’appel de Leyla Güven, députée du HDP à Hakkari (8 novembre 2018), à Strasbourg (depuis de 17 décembre 2018) et par plus de 7 000 détenus politiques dans les prisons turques.
Message d’Abdullah Öcalan
Dans son message, transmis par ses avocats depuis sa prison sur l’ile d’Imrali, Abdullah Öcalan va décevoir tous les va-t-en-guerre qui s’agitent dans tous les camps en élevant le débat au niveau de la nécessaire réconciliation par la négociation et en demandant de s’abstenir de «toute culture de conflit». Il invite chacun à revenir à la table de la négociation ouverte en 2013 et brutalement fermée par le président Erdoğan en 2015. C’est un message fort qui (...)

Cuma 3 Mayıs 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Lettre de Gültan Kışanak à Nathalie Appéré : « même emprisonnés, nos cerveaux et nos cœurs demeurent libres. »

A l’occasion des élections municipales du 31/03/2019, une délégation des Amitiés kurdes de Bretagne s’est rendue en Turquie à l’appel du Parti de la Démocratie des Peuples (HDP) et a rencontré à Diyarbakir Me Emin Aktar, l’avocat principal de Gültan Kışanak, co-maire de la ville métropolitaine de Diyarbakir incarcérée depuis octobre 2016, destituée et condamnée à 14 ans d’emprisonnement. La délégation était porteuse d’une lettre de Nathalie Appéré, maire de Rennes, rappelant à sa collègue et amie Gültan Kışanak les nombreuses interventions de la ville de Rennes en sa faveur, et l’assurant de son soutien. Par l’entremise de Me Aktar, cette lettre est bien arrivée à sa destinataire, qui a répondu le 22 avril. La réponse «officielle» tarde à arriver en mairie de Rennes, retardée sans doute - voire bloquée - par l’administration pénitentiaire, mais son contenu a traversé les murs de la censure et a été publiée dans la presse en Turquie (Yeni Yaşam, “Vie Nouvelle”).
Des liens anciens unissent les deux villes, Rennes et (...)

Perşembe 18 Nisan 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Rojhelat : 9 millions de Kurdes en liberté surveillée sous la férule des mollahs

Tony Rublon, président les Amitiés kurdes de Bretagne (AKB) et Christophe Thomas sont revenus d’une mission au Rojhelat (Kurdistan dIran). C’est une première en 25 ans pour les AKB. Ils ont fêté le Newroz avec les Kurdes d’Iran, ce nouvel an célébré dans différents pays du Moyen-Orient, dont l’Iran. Ils sont revenus en passant par le Başûr (Kurdistan d’Irak). Ils réservent la primeur de leur compte-rendu aux adhérents des AKB lors de l’assemblée générale du 27 avril prochain, au cours de laquelle seront débattues des propositions de projets. Ils ont accepté néanmoins de répondre à trois questions, mais en insistant sur le fait qu’il ne s’agit que de premières observations, à prendre avec toutes les précautions d’usage.
André Métayer
Où se situe le Rojhelat sur la carte du Moyen-Orient, quel est son «poids» en Iran et dans le « Grand Kurdistan » ?
Le Kurdistan d’Iran se trouve sur le versant oriental de la chaîne montagneuse du Zagros, épine dorsale du Moyen-Orient séparant le monde arabe du monde perse, du Golfe (...)

Pazar 14 Nisan 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Faire cesser au plus vite les grèves de la faim : des vies sont en jeu

Depuis que la députée Leyla Güven ait envoyé un signal fort le 7 novembre 2018, une grève de la faim jusqu’à la mort est entamée par de nombreux Kurdes, notamment dans les prisons turques mais aussi à Strasbourg, siège du Parlement européen, dans une relative indifférence de l’opinion publique malgré un soutien de la presse régionale qu’on souhaiterait plus constant. Nous avons un peu honte d’en parler car cela heurte notre sensibilité, notre conscience. Il faut évidemment que cette grève cesse : des vies sont en jeu, des séquelles irréversibles guettent déjà des grévistes déterminés à aller jusqu’au bout. Leurs revendications ne sont pas déraisonnables et une intervention du CPT (Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants) pourrait faire cesser un régime carcéral appliqué à Abdullah Öcalan, soumis à un isolement complet depuis 2011 (hormis une visite autorisée d’une demi-heure d’un membre de sa famille en 2016) en toute illégalité par rapport au droit (...)

Cuma 5 Nisan 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

De Zehra Doğan à Gültan Kışanak et Leyla Güven, un combat au féminin

Quand on visite l’exposition Zehra Doğan, ce ne sont pas seulement les œuvres d’une artiste qu’on rencontre. Certes, elles sont puissantes et touchantes mais surtout elles sont nécessaires. Parce qu’elle est aussi journaliste ses toiles disent au-delà de ce qu’elles montrent véritablement. Dans un intéressant article de Breizh Femmes, magazine du féminisme et de l’égalité à Rennes et en Bretagne, Laetitia Boursier et Ghislaine Mesnage, des Amitiés kurdes de Bretagne, présentent cette exposition comme un prétexte, plutôt joli, d’ailleurs, pour aborder la question du peuple kurde : aujourd’hui association, les AKB ont d’abord été une délégation – La Délégation rennaise Kurdistan - soutenue en 1994 par Edmond Hervé, alors maire de Rennes, qui souhaitait déjà mettre en lumière la situation kurde. Depuis, la ville de Diyarbakir est une ville-sœur de la capitale bretonne et une véritable coopération s’est installée entre les deux régions.
A l’occasion des élections municipales du 31 mars, une délégation des Amitiés (...)

Pazartesi 1. Nisan 2019
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Premiers revers pour Erdoğan lors des élections locales en Turquie le 31 mars 2019 : l’AKP battu à Ankara, Istanbul, Izmir, Antalya, Adana, le HDP maintient ses positions et gagne Kars

Les électeurs se sont rendus aux urnes dans un climat de tension et de menaces pour élire les maires de 30 grandes municipalités, de 51 villes, de 922 districts de grandes villes ainsi que de 386 villes moyennes et de plus de 17 000 membres pour les assemblées municipales. Ils devaient aussi élire 50 236 muhtar (chefs de village), dont 32 046 pour les quartiers de ville et 18 190 pour les villages. Le Parti démocratique des Peuples (HDP) avait décidé de ne pas présenter de candidats dans les villes de l’ouest de la Turquie, notamment à Istanbul, Ankara et Adana, pour faire battre le candidat de l’alliance AKP (parti d’Erdoğan) / MHP (parti d’extrême-droite). Stratégie gagnante : le candidat AKP/MHP est battu à Ankara, Istanbul, Izmir, Antalya, Adana.
Les Kurdes ont dit «dégage» aux administrateurs civils
Après la tentative de coup d’État militaire du 15 juillet 2016, le gouvernement turc avait fait arrêter 94 maires du HDP au motif de « liens avec une organisation illégale » et les avait remplacés par (...)

Sur le Web

Statistiques

Dernière mise à jour

Pazar 21 Ocak 2018

Publication

1279 Articles
Aucun album photo
122 Brèves
24 Sites Web
27 Auteurs

Visites

43 aujourd’hui
374 hier
1156862 depuis le début
11 visiteurs actuellement connectés