Superdoğan aux actualités chantées de France Musique

vendredi 18 décembre 2015
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Les actualités chantées de France Musique du mercredi 16 décembre avaient pour titre « Erdoğan le Magnifique ». Le président « Superdoğan » y fut brocardé par Cécile de Kervasdoué, journaliste et chanteuse lyrique et Benjamin Laurent, pianiste et compositeur, à la suite de l’accord passé entre Ankara et Bruxelles, aux termes duquel le gouvernement turc a obtenu 3 milliards d’euros de l’Union européenne pour juguler l’afflux des 2 millions et demi de migrants réfugiés en Turquie. C’est un succès pour le président-dictateur : « l’Europe, moi je m’en fiche, Je la rase comme ma barbiche, La liberté n’a pas de prix, Ce n’est qu’une vaste hypocrisie ». L’humour acide du texte et la voix de la cantatrice portent, en deux exemples chantés, une lumière crue sur une réalité aveuglante :

Mon nom est Serena Shim, Je suis libanaise d’origine, Journaliste, J’ai deux enfants, deux grands yeux noirs et ce foulard blanc.
Au mois d’octobre 2014 j’étais à Kobanê à la frontière syrienne … J’ai vu des soldats de Daesh qui passaient librement la frontière turque vers la Syrie dans des camions humanitaires estampillés programme alimentaire mondial de l’ONU… Je l’ai dénoncé en direct à la télévision iranienne et j’ai aussi révélé que j’avais reçu des menaces de la part des services secrets turcs qui voulaient m’inculper pour espionnage. Je suis morte quelques jours plus tard. En rentrant à mon hôtel, j’ai eu un accident de la route.

Serena Shim, cette journaliste américaine de 29 ans d’origine libanaise, couvrait la guerre en Syrie et plus spécifiquement la bataille entre les militants de l’EI? et les forces kurdes, non loin de la ville de Kobanê. Serena Shim rentrait à son hôtel le 19 octobre 2014 à bord de sa voiture de location, après un reportage réalisé dans la ville turque de Suruç près de la frontière syrienne, lorsqu’un plus gros véhicule la heurta, causant sa mort. Les autorités turques ont très vite déclaré qu’il s’agissait d’un simple accident. Cette mort suspecte a été occultée par les medias.

Mon nom est Tahir Elçi. Je suis un avocat d’Anatolie, militant kurde modéré pour les droits de l’homme et pour la paix.
Il y a quelques semaines, j’ai affirmé à la télévision que le PKK, le parti pro kurde de Turquie, n’était pas une organisation terroriste même si certaines de ses actions le sont. Un de mes amis de l’opposition kurde avait été bien plus loin, en demandant la création d’un « Etat kurde ». Il a échappé à une tentative d’assassinat, pas moi.
Tout le monde sait qu’en Turquie, Il n’y a pas de démocratie. Les journalistes sont réprimés.

Tahir Elçi, bâtonnier de Diyarbakir, a été exécuté d’une balle dans la tête le 28 novembre dernier, au cours d’une conférence de presse qu’il tenait à Diyarbakir, en plein centre historique, pour dénoncer les opérations de guerre et les atteintes au patrimoine historique qui en résultent.

André Métayer


Erdoğan le Magnifique

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

21 septembre - Tout « Le Monde » déteste le PKK - Histoire d’une censure

4 août 2015 - Communiqué de l’UDB

Communiqué de l’UDB : « Ne laissons pas Erdogan détruire la démocratie kurde »

19 octobre 2014 - « Protégons les Kurdes et les Syriens »

« Protégons les Kurdes et les Syriens », un point de vue de Kendal Nezan publié dans Le Monde du 16 (...)

9 juillet 2014 - A lire : « L’Europe vue par les partis politiques turcs »

« L’Europe vue par les partis politiques turcs » par Burçin Gerçek.

6 mai 2014 - Ce que le Kurdistan d’Irak fait au « grand » Kurdistan

« Ce que le Kurdistan d’Irak fait au « grand » Kurdistan. Enjeux et modalités de la constitution d’un (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 19 novembre 2017

Publication

1132 Articles
Aucun album photo
110 Brèves
28 Sites Web
18 Auteurs

Visites

180 aujourd’hui
574 hier
868693 depuis le début
14 visiteurs actuellement connectés