Bienvenue au Cœurdistan

jeudi 11 février 2016
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Diyarbakir est belle comme un mois d’avril en Bretagne. L’air frais de la montagne descend jusqu’ici, et ce n’est pas le trafic routier dans les alentours qui va alourdir l’atmosphère en particules fines.

Dans cet endroit, si vivant en temps normal, deux photographes ne passent pas inaperçus dans ses ruelles désertées. Bahar (nous l’appellerons ainsi, car Bahar, en kurde veut dire « printemps » et cela lui va si bien), la cinquantaine pimpante, nous aborde en anglais « Les amis, où allez-vous comme cela, le quartier n’est pas sûr. Il y a la police et l’armée par ici. »

Elle nous invite à la suivre, nous guidant dans le dédale. Elle a tout connu, la petite dernière de la dynastie que son père a fondée avec ses six épouses. Bahar se souvient de son enfance à Diyarbakir, du coup d’Etat du général Evren en 80, des années noires de la contre guérilla en 90, son mari emprisonné pendant trois ans, son neveu et son oncle abattus, la fuite à Istanbul afin de se faire oublier et d’élever les enfants.

En 2012, c’est le temps de pourparlers de paix entre l’Etat et le PKK?. Pour elle, c’est pouvoir revenir ici, car les enfants sont grands et diplômés, rattraper le temps perdu, pouvoir s’occuper des parents, de son peuple. Elle ouvre une porte qui donne sur la cour de la maison familiale depuis 1920. Elle vient nourrir les chats restés seuls, parce que père et mère sont loin, à l’abri.

Elle nous montre que les soldats ont pillé la maison pendant leur absence.

Ceci fait, elle nous emmène au collège ou elle officie en tant que bénévole. Depuis le couvre-feu, la plupart des élèves sont partis avec leurs familles se réfugier ailleurs. En chemin, nous rencontrons Memo qui se tient debout fièrement sur un tas de gravats. Il nous interpelle en français : « Comment allez-vous ? J’ai vécu à Lyon. Je connais bien la France, mais je ne comprend pas pourquoi l’Europe n’intervient pas ». On se dit au revoir, en faisant une photo. Quand on demande aux Kurdes s’il y un autre sens aux deux doigts en l’air que le signe de la victoire, les poètes répondront : « Cela veut dire que tu ne seras jamais seul ». Les narquois répondront cyniquement non sans humour : « Ce sont les deux dernières secondes qu’il te reste à vivre... »
Bienvenue au Cœurdistan.

Texte et photo : Gaël LN


Agenda

<<

2017

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

5 octobre 2016 - Manifestation kurde à Rennes le 8 octobre à 16h30

Une manifestation se tiendra à Rennes le 8 octobre pour dénoncer les conditions de détention du (...)

21 mai 2016 - Rapport de la délégation de la CNSK à Diyarbakir

Délégation de la CNSK à Diyarbakir (Kurdistan) du 16 au 25 mars 2016.

17 avril 2016 - Pétition « Cessez de criminaliser le mouvement kurde en Belgique »

33 Kurdes sont poursuivis aujourd’hui par la justice belge sur la base de la législation belge (...)

25 mai 2015 - Débat : « Kurdistan : Ben û Sen, un quartier en mutation »

« Kurdistan : Ben û Sen, un quartier en mutation », débat dans le cadre du festival Etonnants (...)

21 avril 2015 - Atersadenn an AKB o tistreiñ eus Kurdistan war RBI

Izili ar gevredigezh AKB, Keneildedoù Kurdistan Breizh, a zo aet war talbenn Bro Siria lec’h (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 6 juin 2017

Publication

1102 Articles
Aucun album photo
73 Brèves
25 Sites Web
16 Auteurs

Visites

427 aujourd’hui
515 hier
773700 depuis le début
19 visiteurs actuellement connectés