Atmosphère de siège à Diyarbakir

dimanche 30 octobre 2016
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Diyarbakir, dimanche matin. On a rendez-vous avec Mehmet [1] devant la mairie métropolitaine, où militants du HDP? et personnel de la mairie se réunissent quotidiennement depuis l’arrestation des co-maires, mardi soir. Une manifestation est prévue à 11h et le dispositif policier, déjà conséquent d’habitude, est encore renforcé. La tension est palpable. Au cinquième jour de leur garde à vue, Gültan Kisanak et Firat Anli sont en ce moment même devant le tribunal, à quelques hectomètres d’ici. On attend la décision des juges : incarcération ou remise en liberté. Des hommes casqués descendent de bus et se déploient. Des canons à eau se positionnent dans les rues adjacentes. Atmosphère de siège, d’état d’urgence. Et c’est bien ce dont il s’agit. De nouvelles dispositions législatives ont été adoptées hier, portant notamment sur les durées et conditions d’incarcération. Hier soir toujours, deux agences de presse kurdes et le journal Azadiya Welat ont été fermés et perquisitionnés. Quelques heures plus tôt nous nous trouvions dans les locaux de l’hebdomadaire.

Juste avant le premier cordon de forces anti-émeutes, nous entrons dans un café et y retrouvons Mehmet, attablé avec un couple d’amis. Les visages sont graves, on parle bas, comme si « ils » pouvaient nous entendre. Et ils le peuvent. La jeune femme à ma droite me demande ce que nous faisons ici. Je raconte nos projets, nos voyages ici, les temps heureux et les temps troublés, les couvre-feux et les grèves de la faim. Mon frère est prisonnier politique, m’explique-t-elle. Il a fait la grève de la faim, en 2012. Comment va-t-il maintenant ? Mieux. Mais il est toujours en prison.

Mehmet a l’air tendu. La santé qui flanche. C’est un vieux militant et un vieil ami. Sortie un instant observer la police qui prend position tout autour de nous, la jeune femme rentre et lui pose la main sur l’épaule. Tu ne devrais pas rester ici. C’est risqué pour toi, tu le sais. Mehmet pousse un soupir et nous sourit du coin de l’œil. S’ils m’arrêtent, avec mon passé et ma santé, je ne suis pas près de sortir... Un type louche avec une oreillette s’approche de nous. On sèche nos verres de thé et on prend congé de Mehmet. Inutile de lui faire prendre des risques. On se reverra.

Dehors la foule grossit. 1 000, 2 000 personnes, un peu plus, difficile à dire. Les policiers aussi sont de plus en plus nombreux. Regardez-les, lance une jeune femme, ils ont peur de nous ! Nous, on n’a rien, on n’a pas d’armes, c’est juste nous. Et eux, regardez-les, avec leurs armes et leur peur !

Une députée prend la parole pour condamner la fermeture des médias kurdes. On n’a même pas le droit de raconter notre histoire. Heureusement, s’amuse-t-elle, la police est là avec ses caméras ! Rires dans la foule. Peu de journalistes. Aucun étranger.

Slogans. Le Kurdistan sera le tombeau du fascisme. Les flics ont l’air nerveux. Les véhicules avancent de quelques mètres. Un moment d’accalmie, puis de nouveaux applaudissements. Selahattin Demirtas monte à la tribune, pour l’occasion la terrasse du café où nous étions il y a quelques minutes. Un quart d’heure de discours entrecoupé de hourras (pour le président du HDP) et de huées (pour celui de la République de Turquie). Puis la petite délégation d’officiels fend la foule et disparaît en direction de la mairie.

Le cordon se resserre encore un peu autour de la petite foule. On ne traîne pas. En l’espace de deux minutes presque tout le monde a quitté la place. Nous aussi. L’officier qui, avant-hier, ici-même, nous avait interdit de prendre des photos sans une autorisation officielle, est là, juste de l’autre côté de la rue. On y va. On tourne l’angle, passe devant un canon à eau et une poignée de flics au regard pas très avenant. Quelqu’un nous hèle de l’intérieur d’une voiture grise. Mehmet. Désolé de vous avoir abandonnés. Là il faut que j’y aille, ma fille est toute seule à la maison, mais appelez-moi, il faut qu’on se revoie avant que vous repartiez ! Pas près de laisser tomber Mehmet ! Nous on file à l’hôtel, envoyer les infos et quelques images. La décision des juges n’est pas encore tombée. On reste sur la brèche. Des amis doivent nous appeler dès qu’ils sauront.

NB : les juges de Diyarbakir ont décidé d’incarcérer Gültan Kisanak & Fırat Anlı le 30 dans la soirée. L’ancienne députée Ayla Akat Ata, arrêtée lors de la première manifestation, est également incarcérée.


Photos : discours de Selahattin Demirtas à Ofis (Diyarbakir) le 29 octobre & manifestation du 30 octobre.
(c) FL - AKB reproduction interdite


[1Le prénom a été changé, pour d’évidentes raisons de sécurité.


Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

5 octobre 2016 - Manifestation kurde à Rennes le 8 octobre à 16h30

Une manifestation se tiendra à Rennes le 8 octobre pour dénoncer les conditions de détention du (...)

21 mai 2016 - Rapport de la délégation de la CNSK à Diyarbakir

Délégation de la CNSK à Diyarbakir (Kurdistan) du 16 au 25 mars 2016.

17 avril 2016 - Pétition « Cessez de criminaliser le mouvement kurde en Belgique »

33 Kurdes sont poursuivis aujourd’hui par la justice belge sur la base de la législation belge (...)

25 mai 2015 - Débat : « Kurdistan : Ben û Sen, un quartier en mutation »

« Kurdistan : Ben û Sen, un quartier en mutation », débat dans le cadre du festival Etonnants (...)

21 avril 2015 - Atersadenn an AKB o tistreiñ eus Kurdistan war RBI

Izili ar gevredigezh AKB, Keneildedoù Kurdistan Breizh, a zo aet war talbenn Bro Siria lec’h (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 12 juillet 2017

Publication

1113 Articles
Aucun album photo
73 Brèves
27 Sites Web
18 Auteurs

Visites

163 aujourd’hui
535 hier
807399 depuis le début
19 visiteurs actuellement connectés