La pétition en faveur de Leila Zana déclenche des commentaires haineux... la campagne de signature continue ; la défense de Kadir, le « Kurde breton »... aussi.

lundi 9 février 2009
par  Amitiés kurdes de Bretagne

"Teröre, terörizme ve vatan hainlerine lanet olsun. 30.000 vatandaşımızı öldüren bu gözü dönmüş insanlık düşmanı, uyuşturucu satıcısı katilleri savunduğunuz içinde siz de tarih önünde hesap vereceksiniz". (Que la terreur, le terrorisme et les traîtres à la patrie soient maudits. Et vous, vous aurez à rendre des comptes face à l’histoire, parce que vous défendez ces ennemis de l’Humanité, ces assassins sanguinaires et ces vendeurs de drogue qui ont tué 30000 de nos citoyens).

Cet "honorable correspondant" qui nous a envoyé ce "poulet" ne manque pas d’air au moment où le procès du réseau ultranationaliste turc Ergenekon, qui secoue la Turquie toute entière, révèle des crimes épouvantables comme ceux de ses escadrons de la mort accusés d’avoir fait disparaître nombre de militants kurdes, à Silopi, dans les cuves d’acide d’une compagnie pétrolière turque, la BOTAS, membre du consortium européen "gazoduc Nabucco". Combien ? Nul ne le sait encore, mais c’est près de 10 000 personnes qui, depuis 1990, sont portées disparues, dont 5000 au cours de garde à vue.

Oui, à l’heure des comptes, nous serons fiers de pouvoir dire que nous avons apporté notre soutien aux "mères d’Istanbul," ces femmes de disparus qui, depuis 1995, occupaient, non sans risque, chaque samedi, la place Galatasaray, pour clamer leur douleur et réclamer justice ; (nous avons filmé, en mai 1997, cet impressionnant rassemblement au milieu duquel apparaît l’avocate Eren Keskin que Rennes et Douarnenez vont accueillir, en mars, dans le cadre des manifestations organisées à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme).
Oui, à l’heure du bilan, nous serons fiers de pouvoir dire que, dès 1995, nous nous sommes rendus à Ankara pour protester contre l’incarcération de Leyla Zana condamnée à 15 ans de prison pour délit d’opinion.
Oui, nous serons fiers de pouvoir dire que nous avons pris la défense de "sans grade", de Kurdes ordinaires comme Kadir, ce Kurde qui fut amené à quitter la Bretagne, faute d’un titre de séjour, et qui croupit au fond de sa prison d’Izmir dans l’attente d’une lourde condamnation pour des crimes qui n’en sont pas et qu’il n’a pas commis.

La Turquie a mal à sa démocratie et sa justice est l’expression de ce grand corps malade : il est tout à fait incompréhensible que la justice d’un pays candidat à entrer dans l’union européenne puisse requérir des peines de 10, 30, 50 ans et plus au seul motif que le justiciable est soupçonné de sympathie envers "une organisation séparatiste".
C’est Suleyman Demirel, lui-même, alors Président de la République qui admit, en 1999, que cette justice-là n’était ni impartiale, ni indépendante, et une étude récente de la Fondation des Etudes économiques et Sociales de Turquie (TESEV) relève que "plus de 60% des juges estiment que leur rôle est de défendre l’Etat, bien avant celui de faire appliquer la loi ou de défendre les Droits de l’homme”.
Ce ne sont pas les réformes "cosmétiques" du code pénal qui modifieront sensiblement la situation, à l’instar de la réforme de l’article 301 du code pénal, par exemple, qui consiste à remplacer "insulte à la turcité" par "insulte à la nation turque", à réduire les peines encourues et à requérir l’autorisation du ministre de la justice avant l’engagement de toute procédure judiciaire (!) Il ne faut donc pas s’étonner que Bekir Kaya, candidat DTP à la mairie de Wan (Van), soit poursuivi pour avoir utilisé, dans sa profession de foi, la lette interdite W, que Aysel Tugluk, députée DPT de Diyarbakir, ait été condamnée, ces derniers jours, à un an et demi de prison pour "propagande" de la rébellion kurde, que Leyla Zana puisse, après l’audience du 31 mars, retourner en prison pour de longues années et que Kadir puisse écoper, le 19 mars prochain, d’une peine de 10 à 30 ans de détention.

Les" tribunaux de sûreté de l’Etat" (DGM) ont été théoriquement supprimés mais certains tribunaux, comme la X° Chambre du Tribunal d’Izmir qui va juger Kadir, sont des tribunaux à "compétences spéciales" qui ont gardé les mêmes locaux, les mêmes méthodes de travail, le même personnel et les mêmes prérogatives que feu les DGM.

La démocratie doit avancer dans les textes, mais aussi dans les têtes.

André Métayer


Pour prendre contact avec le comité de soutien à Kadir DILSIZ : 02.99.72.20.62.


Agenda

<<

2017

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

11 avril - Mars/avril 2017 : articles intéressants sur la situation au Kurdistan

Quelques liens vers des articles ou infographies intéressants sur la situation du Kurdistan dans (...)

28 février - Janvier/février 2017 : articles intéressants sur la situation au Kurdistan

Quelques liens vers des articles ou infographies intéressants sur la situation du Kurdistan dans (...)

28 décembre 2016 - Décembre 2016 : articles intéressants sur la situation au Kurdistan

Quelques liens vers des articles ou infographies intéressants sur la situation du Kurdistan dans (...)

27 novembre 2016 - Novembre 2016 : articles intéressants sur la situation au Kurdistan

Quelques liens vers des articles ou infographies intéressants sur la situation du Kurdistan dans (...)

30 octobre 2016 - Articles intéressants sur la situation au Kurdistan

Quelques liens vers des articles ou infographies intéressants sur la situation du Kurdistan dans (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 9 avril 2017

Publication

1076 Articles
Aucun album photo
71 Brèves
24 Sites Web
17 Auteurs

Visites

83 aujourd’hui
755 hier
739798 depuis le début
16 visiteurs actuellement connectés