Libérés !

samedi 24 février 2007
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Les 8 Kurdes, parmi lesquels Riza Altun et Firat, qui sont passés, en appel, devant la Chambre de l’Instruction, ont été remis en liberté (sous contrôle judicaire, ce qui est la procédure normale). Le cas des 7 autres doit être examiné mardi et il serait étonnant que la décision soit différente.

Qui sont donc ces dangereux « terroristes » accusés « d’association de malfaiteurs, de blanchiment d’argent en relation avec une entreprise terroriste » et de « financement du terrorisme », interpellés les 5 et 6 février à grand fracas de publicité, aux termes de perquisitions aux méthodes contestables dans des locaux associatifs, mis en examen et incarcérés depuis le 9 février ?

« Ce qui a frappé la Cour (d’appel), c’est que nous avons démontré que les autorités françaises entretenaient des relations suivies entre 2000 et 2006 avec nos clients, tolérant ainsi leurs collectes (d’argent), et qu’on ne voyait pas comment elles auraient pu fermer les yeux sur les infractions dont on les accuse », ont déclaré à l’AFP Mes Antoine Comte, Jean-Louis Malterre et Sylvie Boitel.

De son coté, la DST n’a pas nié les contacts qu’elle entretient avec ces militants de la cause kurde.

Dès le 10 février, lors de notre assemblée générale, nous nous étions associés au communiqué du Collectif Méditerranéen pour le Respect des Droits de l’Homme en Turquie qui s’élevait contre l’assimilation quasi systématiquement faite entre militants kurdes et terroristes par la presse et les politiques, en rappelant que le peuple kurde, minorité de Turquie, lutte pour le respect de ses droits les plus fondamentaux, lesquels sont bafoués quotidiennement en Turquie.

Aujourd’hui même deux responsables du principal parti pro-kurde de Turquie ont été arrêtés et écroués pour « soutien aux rebelles kurdes » et pour des « propos sur l’éventualité d’une action militaire turque en Irak du nord » : il s’agit de Ibrahim Sunkur, chef provincial du Parti pour une société démocratique (DTP) à Van et de Hilmi Aydogdu, chef local du DTP à Diyarbakir.

Tout en nous réjouissant de cette remise en liberté, à Paris, des militants de la cause kurde, nous nous perdons en conjecture sur les motifs de ces manœuvres dilatoires d’une diplomatie dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle manque de lisibilité.

Quel gâchis !

André Métayer


Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

5 octobre 2016 - Manifestation kurde à Rennes le 8 octobre à 16h30

Une manifestation se tiendra à Rennes le 8 octobre pour dénoncer les conditions de détention du (...)

21 mai 2016 - Rapport de la délégation de la CNSK à Diyarbakir

Délégation de la CNSK à Diyarbakir (Kurdistan) du 16 au 25 mars 2016.

17 avril 2016 - Pétition « Cessez de criminaliser le mouvement kurde en Belgique »

33 Kurdes sont poursuivis aujourd’hui par la justice belge sur la base de la législation belge (...)

25 mai 2015 - Débat : « Kurdistan : Ben û Sen, un quartier en mutation »

« Kurdistan : Ben û Sen, un quartier en mutation », débat dans le cadre du festival Etonnants (...)

21 avril 2015 - Atersadenn an AKB o tistreiñ eus Kurdistan war RBI

Izili ar gevredigezh AKB, Keneildedoù Kurdistan Breizh, a zo aet war talbenn Bro Siria lec’h (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 12 juillet 2017

Publication

1112 Articles
Aucun album photo
73 Brèves
27 Sites Web
18 Auteurs

Visites

76 aujourd’hui
490 hier
805826 depuis le début
14 visiteurs actuellement connectés