Nouvelle secousse sismique près de Van : les coups de matraque arrivent plus vite que les secours

lundi 14 novembre 2011

Depuis le 23 octobre, (plus de 600 morts, 4.150 blessés dont 187 extraits des décombres) des milliers de sans abris vivent, sous tente, dans une extrême précarité alors que la neige a déjà fait son apparition. 90% des habitations de cette zone qui englobe des villes comme Van (400.000 h.) et Ercis (75.000 h.) sont détruites ou endommagées au point de représenter un risque majeur pour la sécurité des habitants.

La seconde secousse, celle du mercredi 9 novembre, plus faible en intensité a néanmoins causé d’énormes dégâts en touchant des habitations fragilisées et heureusement vides pour la plupart. Pour autant on dénombre déjà plus de 20 morts et des dizaines de blessés. 28 rescapés ont été retirés des décombres.

Les coups de matraque arrivent plus vite que les secours

La population déjà durement éprouvée et attendant de l’Etat depuis près de 20 jours une aide qui n’arrive pas a été traitée avec arrogance et mépris par le vice-Premier ministre Besir Atalay donnant ordre à la police de disperser à coups de matraque et de grenades lacrymogènes des habitants de Van venus à sa rencontre protester contre le manque de moyens déployés.

D’après libération, La presse et l’opposition jugent sévèrement l’attitude du Gouvernement : « des morts auraient pu être évités si des mesures adéquates avaient été prises... Les enquêtes nécessaires n’ont pas été faites, 17 jours après... Pourquoi a-t-on laissé ces personnes dans ces immeubles ?... »

La presse turque publie des photos d’un hôtel qui, après le premier séisme, laissait déjà apparaître de profondes fissures sur les murs. Les Commentaires sont acerbes : « Aucune inspection officielle n’a été réalisée dans cet hôtel, déclaré néanmoins conforme par un groupe de cinq techniciens après le premier séisme », affirme le journal Hürriyet. « Qui a donné ce feu vert ? », s’interroge un autre quotidien, Radikal. Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan parait embarrassé et a annoncé qu’une « procédure en justice » serait engagée contre ceux qui ont inspecté le bâtiment ; il a invité les habitants de la région à ne pas entrer dans les édifices endommagés. Mais le froid est vif sous les tentes : deux enfants n’y ont pas résisté.

André Métayer


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 19 novembre 2017

Publication

1133 Articles
Aucun album photo
110 Brèves
23 Sites Web
18 Auteurs

Visites

316 aujourd’hui
668 hier
870097 depuis le début
12 visiteurs actuellement connectés