Diyarbakir au 46e jour de grève de la faim

dimanche 28 octobre 2012
par  Amitiés kurdes de Bretagne

« La grève occupe l’essentiel de l’actualité. On n’est peut-être plus très loin d’une issue dramatique (le premier décès d’un détenu), qui pourrait mettre le feu à la rue ». François et Gaël, photographes en repérages à Diyarbakir pour de prochaines activités associatives, accompagnés d’un autre rennais, Eli, musicien, chanteur, compositeur, se trouvent au cœur d’une population en état de choc où la vie, au 46e jour de la grève de la faim dans les prisons turques, semble s’être arrêtée dans l’attente de la fin de l’Aïd et de la grande manifestation prévue pour le 30 octobre.

Ils témoignent.

Ils ont choisi un endroit qui résonne. Les immeubles de la rue Sanat, dans le quartier rénové d’Ofis, donnent aux chants des manifestants l’écho qui leur manque. Ils sont assis sur des morceaux de cartons et les couvertures de journaux qui, hier, relataient des promesses qui n’ont pas été tenues. Dans les prisons turques, 680 prisonniers kurdes entament leur 46e jour de grève de la faim. Leurs revendications ne sont pas nouvelles : le droit de se défendre dans leur langue maternelle devant les juges, de meilleures conditions de détention pour Abdullah Öcalan, leur leader historique. Pour le reste, on verra après.

Leurs cellules et leur détermination sont désormais hors d’atteinte de leurs amis de Diyarbakir. Ils iront jusqu’au bout et tout le monde l’a compris. Il est midi et malgré le rassemblement, l’ambiance est feutrée. Les chants sont doux et les slogans s’espacent suffisamment pour laisser la place au silence. Un digne recueillement en réponse à l’important déploiement policier qui ne trouvera pas ici de quoi flouter la frontière entre les mots résistance et terrorisme. Un touriste français qui ne comprend pas la langue pourra tout de même déchiffrer le mot ’diyalogue’ sur les panneaux de revendications. Pourtant, les motifs d’indignation sont toujours aussi nombreux et chaque jour peut être celui de la mauvaise nouvelle. L’angoisse des regards en témoigne. Les enfants prennent le rassemblement pour un jeu et les pétards qui servent à célébrer l’Aïd sont vite confisqués par les parents. Avec les années, on apprend que l’histoire ne finit pas toujours bien, que le voisin n’a pas toujours pitié, que la matraque du policier ne sert pas qu’en cas de débordements.
Cependant, le ciel n’est jamais complètement bouché et la parole du peuple kurde se doit de rester audible. Quitte à ne chanter qu’une minute sur deux. Quitte à remplacer le mégaphone par des parois d’immeubles lavés par la pluie. Quitte à ce que l’on n’entende pas tout. Un petit peu, c’est déjà un début.

Diyarbakir, samedi 27 octobre 2012

Texte d’Elie Guillou - Photo : G. Le Ny


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

5 octobre 2016 - Manifestation kurde à Rennes le 8 octobre à 16h30

Une manifestation se tiendra à Rennes le 8 octobre pour dénoncer les conditions de détention du (...)

21 mai 2016 - Rapport de la délégation de la CNSK à Diyarbakir

Délégation de la CNSK à Diyarbakir (Kurdistan) du 16 au 25 mars 2016.

17 avril 2016 - Pétition « Cessez de criminaliser le mouvement kurde en Belgique »

33 Kurdes sont poursuivis aujourd’hui par la justice belge sur la base de la législation belge (...)

25 mai 2015 - Débat : « Kurdistan : Ben û Sen, un quartier en mutation »

« Kurdistan : Ben û Sen, un quartier en mutation », débat dans le cadre du festival Etonnants (...)

21 avril 2015 - Atersadenn an AKB o tistreiñ eus Kurdistan war RBI

Izili ar gevredigezh AKB, Keneildedoù Kurdistan Breizh, a zo aet war talbenn Bro Siria lec’h (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 15 octobre 2017

Publication

1125 Articles
Aucun album photo
100 Brèves
28 Sites Web
18 Auteurs

Visites

650 aujourd’hui
815 hier
846707 depuis le début
53 visiteurs actuellement connectés