Ah vous dirais-je Maman, Bağlar est en état de guerre

mercredi 31 octobre 2012
par  Amitiés kurdes de Bretagne

« Ah vous dirais-je Maman, ce qui cause mon tourment. » La mélodie chantée par les manifestants ressemble à cette chanson française comme un policier ressemble à un autre policier. Les paroles, je ne les comprends pas mais je comprends les regards de ceux qui les font vivre. Aujourd’hui, ils sont plusieurs milliers devant la prison de Diyarbakir ; pourtant, le lieu du rendez-vous n’était pas clair et les canons à eau se chargeaient de rendre le rassemblement difficile. La situation n’est pas nouvelle et chaque camp récite sa leçon. Chaque barrage appelle sa volée de pierres ; chaque pierre, sa punition. Bien sûr, la bagarre est inégale. La pierre lancée sur le blindage d’un char prévu pour résister aux balles ne menace pas la république de Turquie. Mais 28 années de conflit nous contemplent. 28 années et 49 jours. L’étalement du problème dans le temps déforme tout. Ça n’est pas une pierre, c’est le symbole de toutes les pierres lancées depuis 84. Celui qui la jette n’est pas un adolescent, il est son frère en prison et son père mort en guérilla. Plus éloigné des racines, il remplit son rôle sans en connaître la fonction. Aux balcons, les tout petits regardent leurs aînés s’enfuir dans les rues étroites en suçant le coin d’une serviette qui tente de sécher entre la fumée noire d’un pneu et la fumée blanche d’une bombe lacrymogène. Les yeux commencent à piquer et la grande sœur fait rentrer les bambins dans la cuisine. Déjà, ils apprennent la grammaire du conflit. Au milieu des chars et des policiers en armes, on peut voir une fille revenant de l’école, une charrette livrant du bois, des promeneurs. Avec le temps, on apprend à profiter de la paix cachée entre deux balles. Aujourd’hui, ça n’est qu’un peu la guerre. Pour un regard extérieur, c’est déjà beaucoup.

JPEG - 204.5 ko
Selahattin Demirtas
Selahattin Demirtaş

À quelques rues de là, l’essentiel de la foule est rassemblée autour de Selahattin Demirtas, Co-président du parti kurde. Certains slogans sont beaux : ‘Détruisons toutes les cellules. Celles de l’intérieur, celles de l’extérieur.’ Et toujours cette mélodie. Ah vous dirais-je Maman. L’hélicoptère passe. Au milieu de la foule dense, on amène des bouteilles d’eau dans une brouette. Les vieilles dames offrent des bonbons. Il y a dans l’air un mélange d’espoir, d’angoisse et d’excitation. Tout le monde sait comment la journée va finir. On m’en avait d’ailleurs expliqué le déroulement le matin même et chaque détail s’est vérifié : à quel rythme les choses s’enveniment, comment se placer par rapport aux canons et aux pierres pour ne pas courir de risque, quand se mettre à courir : pas trop tôt pour ne pas faire monter la panique inutilement, pas trop tard évidemment. L’hélicoptère repasse. Tout ça est si technique. Bientôt, les discours vont s’achever et la foule va se mettre en marche. Bientôt, elle va s’étirer et les policiers vont se sentir débordés. Bientôt, il y aura un nouveau jet de pierre et une nouvelle réplique. On va courir dans les rues, s’arrêter. Repartir en arrière, attendre que la fumée se dissipe. Il n’y aura plus le temps de penser. Bientôt, les choses vont s’accélérer et il sera difficile de savoir ce qui se passe. Les rues seront bloquées et il faudra suivre cette femme qui entre dans un immeuble. Il y aura des tirs. Étaient-ce de vraies balles ? On regardera par une porte entrebâillée des policiers autour d’un jeune gars qui ne bouge plus. Ils le retourneront avec le pied. Est-ce qu’il est mort ? On devrait rester pour être sûr mais on vous tire par la manche. Il faut monter. Se cacher. Attendre. C’est technique.

Bağlar (arrondissement de Diyarbakir) mardi 30 octobre 2012

Texte d’Elie, photos : Gaël Le Ny et François Legeait

François, Gaël et Elie ont vécu à Bağlar les événements qualifiés par le quotidien régional Ouest-France de « violents affrontements ». Ils ont éclaté dans ce quartier populaire le plus peuplé de Diyarbakir qui abrite aussi la prison où sont incarcérées de nombreuses détenues pour raisons politiques, dont notre amie Gulcihan Simsek, ancienne maire de Bostaniçi, parmi lesquelles on compte des grévistes de la faim.

André Métayer


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

5 octobre 2016 - Manifestation kurde à Rennes le 8 octobre à 16h30

Une manifestation se tiendra à Rennes le 8 octobre pour dénoncer les conditions de détention du (...)

21 mai 2016 - Rapport de la délégation de la CNSK à Diyarbakir

Délégation de la CNSK à Diyarbakir (Kurdistan) du 16 au 25 mars 2016.

17 avril 2016 - Pétition « Cessez de criminaliser le mouvement kurde en Belgique »

33 Kurdes sont poursuivis aujourd’hui par la justice belge sur la base de la législation belge (...)

25 mai 2015 - Débat : « Kurdistan : Ben û Sen, un quartier en mutation »

« Kurdistan : Ben û Sen, un quartier en mutation », débat dans le cadre du festival Etonnants (...)

21 avril 2015 - Atersadenn an AKB o tistreiñ eus Kurdistan war RBI

Izili ar gevredigezh AKB, Keneildedoù Kurdistan Breizh, a zo aet war talbenn Bro Siria lec’h (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 15 octobre 2017

Publication

1124 Articles
Aucun album photo
100 Brèves
28 Sites Web
18 Auteurs

Visites

312 aujourd’hui
662 hier
845554 depuis le début
38 visiteurs actuellement connectés