48 détenus politiques kurdes libérés après cinq années de détention

lundi 14 avril 2014
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Le 14 avril 2009, une vaste opération d’arrestations visait plusieurs dizaines de cadres, à tous les niveaux du parti kurde DPT, qui venait de remporter une victoire sans appel dans les régions kurdes aux élections municipales du 29 mars 2009. Gülcihan Şimşek était du nombre, femme courageuse et dynamique bien connue et estimée des membres des Amitiés kurdes de Bretagne qu’elle avait à plusieurs reprises accueillis. Elle a fait partie du procès de Diyarbakir dit des « 151 », dont la première audience le 18 octobre 2010 à Diyarbakir a été le début d’un véritable scandale judiciaire. Ce procès des 151 (maires, anciens maires, élus locaux, députés, cadres du BDP, présidents d’associations, tous militants pour la paix et la démocratie, accusés d’être membres d’une organisation prétendue « terroriste ») a été ajourné le 26 avril 2011 puis renvoyé au 6 décembre 2011 pour ne reprendre que le 16 septembre 2013 pour 175 prévenus, dont 96 en détention depuis avril 2009. Enfin, le tribunal de Diyarbakir a ordonné, le 12 avril 2014, la remise en liberté de 48 d’entre eux - qui restent inculpés - ceux-là même qui avaient été incarcérés cinq ans plus tôt, moins 2 jours.

Il ne s’agit pas d’une mesure de clémence

Le seuil de la prison à peine franchi, Gülcihan Şimşek, au nom de ses camarades de détention libérés, met les choses au point :

Même si les arrestations de KCK visaient à détruire le mouvement politique kurde en Turquie, la résistance de notre peuple les a empêchées d’arriver à leurs fins. Les résultats des élections de 2014 sont un exemple. Notre libération ne signifie pas une faveur de la part de la politique du gouvernement ni un pas positif dans le processus de paix en cours. Tant que tous les prisonniers politiques et tous les détenus malades ne seront pas libérés, et à commencer par le leader du peuple kurde, Abdullah Öcalan, nous ne pourrons parler de paix et de démocratie.

Il ne s’agit pas en effet d’une mesure de clémence mais de l’application d’un amendement de circonstance figurant dans un projet de loi de réforme judiciaire voté le 5 février dernier par le Parlement de Turquie, sur proposition du gouvernement, ramenant de dix à cinq ans la durée maximum d’une détention provisoire. Le Premier ministre Erdogan en avait fait lui-même l’annonce en souhaitant que la loi soit votée avant les élections. Il s’agissait de calmer la grogne de l’état-major des armées dont plusieurs centaines de ses membres sont impliqués dans le procès Ergenekon et celle de la Cour européenne des Droits de l’Homme qui épingle régulièrement la Turquie au vu d’une détention provisoire dépassant le délai « raisonnable ».

L’initiative du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan est considérée par ses adversaires politiques comme une tentative pour s’attirer les bonnes grâces de l’armée et des milieux laïques alors qu’il est éclaboussé par un scandale de corruption sans précédent.

André Métayer


Photo AKB et ANF


Portfolio

JPEG - 107.9 ko

Agenda

<<

2018

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 21 janvier 2018

Publication

1187 Articles
Aucun album photo
121 Brèves
24 Sites Web
21 Auteurs

Visites

43 aujourd’hui
600 hier
979133 depuis le début
12 visiteurs actuellement connectés