Elles sont heureuses et fières, les tisseuses...

jeudi 17 avril 2014
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Elles sont heureuses et fières, les tisseuses de l’atelier Rengin de Hakkari que la délégation des Amitiés kurdes de Bretagne a voulu rencontrer, lors de la mission effectuée fin mars : « oui, nous sommes toutes fières de perpétuer la mémoire du peuple kurde. A travers nos kilims, c’est le peuple kurde que nous voulons faire connaître. »

Le contact s’établit autour d’un repas pris en commun et les langues se délient. Elles sont heureuses, ces jeunes femmes (elles ont entre 17 et 28 ans) de bavarder avec quelques membres de la délégation et de faire partager leur repas, préparé par l’une d’elles. Aujourd’hui c’est un qriz, plat mijoté de viande de mouton servie avec du riz, des pois chiches et des fruits secs. Elles sont gaies. Elles aiment faire la fête : « nous aimons beaucoup l’ambiance qu’il y a ici, le fait de manger ensemble le midi. L’été, nous organisons même des pique-niques. Il nous arrive de chanter en travaillant » (on entonne un petit refrain). Une des tisseuses fait comprendre qu’elle est fatiguée parce qu’elle a dansé toute la nuit.

Parlons un peu du travail de tissage. Il se fait à genoux devant un métier vertical : « oui notre travail est difficile. Nous avons souvent mal au dos et aux épaules ». On remarque les corps fatigués, blessés. Elles n’en diront pas plus. Elles sont pudiques. Il faut rendre hommage ici à ces femmes, humbles certes, mais militantes parmi les militantes. Elles forcent notre respect.

Retournent-elles parfois au village d’où elles ont été chassées ? « Oui (réponses hésitantes), parfois, l’été. C’est important pour nous même si on ne peut plus y développer d’activités. »

L’atelier Rengin

L’atelier a été créé en 2000 dans le but de fournir un travail à des femmes déplacées, chassées par l’armée de leurs villages perchés dans la montagne autour de Hakkari. Le but est aussi de perpétuer un tissage de haut qualité, traditionnel tant par le choix des matériaux que par celui des dessins. Des liens étroits se sont tissés entre l’atelier Rengin et les AKB. Le contact établi en 2004 ne s’est jamais interrompu tant il repose sur de fortes relations humaines et sur une coopération socio-économique et culturelle authentique : autour de la vente de kilims, les AKB organisent en Bretagne des rencontres qui permettent de parler des droits culturels et politiques du peuple kurde.

Suleyman, directeur de Rengin, tient l’atelier à bout de bras, avec l’aide de son fidèle adjoint, Kadir, dont le rôle est capital pour la transmission de la culture kurde : c’est lui qui coordonne le choix des couleurs, la cueillette des plantes dans la montagne ainsi que la recherche de la laine. Le mouton se fait rare. C’est un comble dans ce pays d’élevage ! Le mouton est une victime collatérale de la guerre et on comprend pourquoi Suleyman et Kadir militent dans l’association écologiste Cilo Doga Dernegi.

Les femmes sont célibataires, elles restent entre 5 et 8 ans environ à l’atelier. Après une formation, pendant laquelle elles perçoivent une petite rémunération, elles sont employées comme tisseuses et perçoivent jusqu’à 100 euros par mois. C’est considéré ici comme un bon salaire. Une tisseuse tisse en un mois 1m2 de kilim, vendu en Europe 210 euros, couvrant les frais de personnel (50%), de matières premières (laine, fil, teintures...), de fonctionnement et les impôts. Et l’eau chaude ! Ce qui est ici particulièrement apprécié.

Le kilim, une question d’équilibre

L’atelier ne perçoit ni dons ni subventions. L’Etat turc, qui est déjà passé au « synthétique », ne reconnaît pas la dimension culturelle. Ici, on ne parle pas de « kilims kurdes » mais de « kilims kurdes de Hakkari », des kilims tissés main, de haute qualité et reconnus comme tels.

Sur les kilims alternent des motifs joyeux et des motifs graves. Le serpent à deux têtes évoque les mensonges, puis les deux mains sur les hanches évoquent l’espoir, la chance. Beaucoup de motifs rappellent la tradition pastorale de la région, anéantie par la politique de la terre brûlée : patte de chèvre, cornes de bélier qui symbolisent le courage. Dans les frontières du kilim, il y a des dos à dos, des scorpions qui évoquent les tensions à l’intérieur de la communauté. Mais tout de suite après, une ligne de couleurs choisies trace les sandales de la mariée, signe de l’espoir qui renaît toujours. Le kilim, c’est comme dans la vie, il faut trouver l’équilibre, l’équilibre du balancier qui va et qui vient.

Marie-Brigitte Duigou
André Métayer

<carte_gis1|lat=37.57|lon=43.73|zoom=10|limit=30|scale=oui|height=150px|overview=oui>


Photo : F. Legeait


Documents joints

Présentation des kilims de Hakkari

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

8 décembre - Qui sont les Kurdes ? 1/2

Émission de Radio Campus Angers avec la participation des AKB.

5 octobre 2016 - Manifestation kurde à Rennes le 8 octobre à 16h30

Une manifestation se tiendra à Rennes le 8 octobre pour dénoncer les conditions de détention du (...)

21 mai 2016 - Rapport de la délégation de la CNSK à Diyarbakir

Délégation de la CNSK à Diyarbakir (Kurdistan) du 16 au 25 mars 2016.

17 avril 2016 - Pétition « Cessez de criminaliser le mouvement kurde en Belgique »

33 Kurdes sont poursuivis aujourd’hui par la justice belge sur la base de la législation belge (...)

25 mai 2015 - Débat : « Kurdistan : Ben û Sen, un quartier en mutation »

« Kurdistan : Ben û Sen, un quartier en mutation », débat dans le cadre du festival Etonnants (...)

21 avril 2015 - Atersadenn an AKB o tistreiñ eus Kurdistan war RBI

Izili ar gevredigezh AKB, Keneildedoù Kurdistan Breizh, a zo aet war talbenn Bro Siria lec’h (...)

26 janvier 2014 - Les organisations membres de la CNSK

Alternative Libertaire
Amis du Peuple kurde en Alsace
Amitiés Corse Kurdistan
Amitiés (...)

14 janvier 2013 - Exposition de Gael Le Ny intitulée « Seuls les montagnes sont nos amies ».

Gaël Le Ny expose depuis le 11 janvier au 1675, 44 rue Legraverend à Rennes.
Cette exposition (...)

5 avril 2012 - Grand sit-in à Strasbourg pour soutenir les grévistes kurdes

Bernard Revollon, porte-parole du Comité de soutien local (fort d’une dizaine d’organisations) a (...)

18 mars 2012 - Grèves de la faim

Le Centre d’information du Kurdistan (CIK) de Paris a pris l’initiative d’écrire au Secrétaire (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 19 novembre 2017

Publication

1145 Articles
Aucun album photo
118 Brèves
23 Sites Web
18 Auteurs

Visites

223 aujourd’hui
543 hier
882180 depuis le début
8 visiteurs actuellement connectés