Le triple assassinat de Rojbin, Sakine et Leyla ne peut rester impuni

mercredi 30 avril 2014
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Le triple assassinat le 9 janvier 2013, en plein Paris, de trois militantes kurdes, Rojbin, Sakine et Leyla, avait soulevé une très grande émotion en France, en Europe mais aussi en Turquie et la délégation des Amitiés kurdes de Bretagne, qui s’était rendue en avril de la même année au Kurdistan, avait été témoin de l’incompréhension des Kurdes et rudement interpellée : « pourquoi ne les avez-vous pas protégées ? ».

L’émotion n’est pas retombée au Kurdistan

L’émotion n’est pas retombée et notre délégation a pu le constater en se rendant cette année, pour la vingtième fois, non seulement à Diyarbakir mais aussi, au plus profond du pays kurde, dans les régions frontalières avec l’Irak et la Syrie et non loin de l’Iran, à la rencontre des tisseuses de Hakkari. La délégation, comme le raconte Marie Brigitte, responsable du groupe, a été accueillie avec gentillesse et discrétion et a partagé le quotidien de ces travailleuses au métier éprouvant, fières d’être des militantes de la cause de leur peuple à travers leurs kilims. Elles ont vécu le pire, l’évacuation forcée de leurs villages bombardés par l’Etat turc, la séparation de leurs familles,

et voilà qu’elles s’emparent du quatre pages consacré par les AKB à Rojbin, Sakine et Leyla : elles découvrent la photo de Rojbin en même temps que le très beau poème écrit, en kurde, par son père et, en un seul chœur, elles commencent à le lire : leurs voix tremblent mais c’est un moment très émouvant d’entendre l’hommage de ces trois jeunes femmes à trois autres jeunes femmes assassinées, là-bas à Paris, très loin de Hakkari et pourtant soudain tellement proche !

La sénatrice Éliane Assassi, présidente du groupe Communiste, républicain et citoyen, a eu raison d’interpeller Christiane Taubira, Garde des Sceaux, lors des questions orales le 29 avril 2014, pour demander que les familles de Rojbin, Sakine et Leyla soient reçues par les hautes autorités de l’État. Et de rappeler que ces trois militantes kurdes luttaient pour la reconnaissance des droits politiques et culturels de leur peuple :

les autorités de la République exprimeraient leur compassion et prendraient en considération leur souffrance. Elles reconnaîtraient leur statut de victimes. Elles enverraient également un message clair aux commanditaires : non, La France ne laissera pas ce crime impuni.

Ce crime odieux ne peut pas rester impuni

Christiane Taubira a tenu, dans sa réponse, à saluer le courage de ces militantes qui « forcent le respect » et à exprimer sa compassion à l’égard des familles. Elle a fait part de sa détermination pour que ce crime ne reste pas impuni et énuméré tous les moyens mis en œuvre par l’État concernant le traitement de l’enquête. Elle a notamment assuré que les trois juges d’instruction disposaient de tous moyens d’agir. Mais elle ne veut pas prendre le risque de fragiliser l’enquête en recevant les familles, la partie adverse pouvant en tirer argument pour contester le déroulement neutre et indépendant de cette procédure. Et de conclure :

merci de me donner l’occasion de dire, au nom de tout le gouvernement, toute notre attention, notre respect, notre compassion, mais surtout notre détermination à ce que la vérité soit établie.

Si la Garde des Sceaux, liée à un devoir de réserve, ne peut recevoir les familles, rien n’empêche que ces mêmes familles soient reçues par un autre membre du gouvernement, voire même par le Premier Ministre, ancien ministre de l’Intérieur ; ou même par le Président de la République, comme le veut l’usage quand l’honneur de la France est engagé.

André Métayer

Les organisations kurdes et les Amis du peuple kurde en Alsace ont manifesté le 23 avril dernier à Strasbourg pour exiger que justice et vérité soient faites.


Photo M-B Duigou


Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

16 janvier 2014 - Communiqué de l’Association iséroise des Amis des Kurdes

A Grenoble, une vingtaine de personnes, à l’appel de l’association des Kurdes de l’Isère et de (...)

14 février 2013 - A lire sur lemonde.fr : « Tourments au ’Petit Kurdistan’ »

Florence Aubenas et Guillaume Perrier ont réalisé une enquête remarquable, publiée sous le titre « (...)

22 janvier 2013 - Le Collectif nantais « Uni-es Contre une Immigration Jetable » soutient et appelle à la marche silencieuse du 26

Les amitiés kurdes de Bretagne et l’association kurde Amara organisent le samedi 26 janvier (...)

15 janvier 2013 - Dernier hommage

Mardi 15 janvier, un dernier hommage a été rendu à nos amies Rojbin, Sakine et Leyla, sauvagement (...)

14 janvier 2013 - A lire sur le blog de François Legeait

A lire, sur le blog de François Legeait, une analyse du comportement des journalistes (...)

13 janvier 2013 - AKB avec des dizaines de milliers de Kurdes à Paris, pour Rojbin

Une dizaine de membres de l’association Amitiés kurdes de Bretagne était dans la foule compacte (...)

13 janvier 2013 - Nous étions plus de 50 000 à Paris le 12 janvier

Les militants des Amitiés kurdes de Bretagne étaient aux côtés de leurs amis kurdes. Amara - Maison (...)

11 janvier 2013 - Communiqué d’AI

Dans un communiqué public du 10 janvier 2013, Amnesty International demande que rien ne soit (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 21 janvier 2018

Publication

1212 Articles
Aucun album photo
121 Brèves
24 Sites Web
22 Auteurs

Visites

0 aujourd’hui
325 hier
1063504 depuis le début
8 visiteurs actuellement connectés