Election présidentielle en Turquie : Demirtaş défie Erdogan

mercredi 2 juillet 2014
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Selahattin Demirtas
Selahattin Demirtaş

Le 10 août prochain, les électeurs de Turquie vont élire au suffrage universel le président de la République pour la première fois. Il était jusqu’à présent élu par la Grande Assemblée nationale de Turquie (le Parlement). Le seul vrai opposant au candidat de du parti islamo-conservateur AKP, président auto proclamé avant l’heure, sera le candidat présenté par les Kurdes : Selahattin Demirtaş.

Pour tous les observateurs, en effet, le tout puissant Premier ministre Recep Tayyip Erdogan est donné gagnant au premier tour. Il est vrai que tout est fait, semble-t-il, pour favoriser cette prise de pouvoir. On a pu croire un temps que mouvement religieux de Fethullah Gülen, d’abord allié et maintenant ennemi juré du Premier ministre, pousserait la candidature du président actuel, Abdullah Gül, dont le mandat se termine le 28 août, mais ce vétéran de la politique, plusieurs fois ministre, Premier ministre en 2002/2003, élu difficilement président de la République en 2007, a préféré éviter la lutte fratricide entre deux candidats islamistes. Un scénario du type « Poutine - Medvedev » est-il en préparation ? Les paris sont ouverts.

Le plus surprenant est la candidature d’Ekmeleddin Ihsanoglu, Secrétaire général de l’Organisation de la Conférence islamique (OCI), candidature présentée à la fois par deux des trois formations politiques d’opposition - et néanmoins antagonistes - représentées au Parlement : le Parti républicain du peuple (CHP), parti nationaliste, laïque, membre de l’International socialiste et le Parti d’action nationaliste (MHP), parti fasciste d’extrême-droite. Choisir un discret diplomate inconnu, musulman ouvertement pratiquant de surcroît, pour défendre la laïcité contre un tribun prêt à tout paraît être le fruit d’une stratégie subtile ou d’une manœuvre désespérée. Ce candidat d’union de la carpe et du lapin ne fait pas l’unanimité chez certains députés CHP qui refusent de le soutenir, le considérant comme un candidat de droite. Ils pourraient d’ailleurs présenter un autre candidat.

Ultime manœuvre d’Erdogan pour s’attirer les voix des Kurdes

Le Premier ministre candidat, quant à lui, dans une ultime manœuvre pour s’attirer les voix des Kurdes, qui représentent 20 % de la population, a fait déposer la semaine dernière au Parlement un projet de réforme destiné « à mettre fin au terrorisme et renforcer la cohésion sociale ». Le paquet de réformes comprendrait six articles dans divers domaines (politique, législatif, socio-économique, culturel, droits de l’homme et sécurité). Pour ce faire, le gouvernement s’engagerait à organiser une large concertation. Des mesures seraient prises pour favoriser le retour des combattants du PKK à la vie civile et assurerait l’immunité à toutes les personnes (comme les membres du MIT? par exemple) ayant participé ou participant aux négociations de paix. Tout ceci est évidemment pris avec une extrême prudence par Kurdes habitués aux coups tordus d’Erdogan.

Hatip Dicle libéré

L’autre geste spectaculaire pour séduire les Kurdes est la libération de Hatip Dicle, une personnalité peu connue en France mais qui est sans doute la personnalité la plus populaire au Kurdistan de Turquie après Abdullah Öcalan. Hatip Dicle est la figure emblématique de la résistance kurde au Kurdistan, comme Leyla Zana, auréolée du prix Sakharov, l’est en Europe. L’un et l’autre, en 1994, alors qu’ils étaient députés du DEP, avaient été privés de leur immunité parlementaire, emprisonnés et détenus jusqu’en 2004. En 2009, Hatip Dicle était à nouveau interpellé et mis en détention. Elu député de Diyarbakir en 2011, son élection avait été invalidée par le Haut Conseil des Elections.

Hatip Dicle a été accueilli à sa sortie de prison de Diyarbakir par Faysal Sarıyıldız, député de Sirnak et compagnon de détention de 2009 à février 2014, par les co-maires métropolitains de Diyarbakir, Gültan Kisanak et Firat Anli, les membres de sa famille et de nombreux représentants d’organisations de la société civile.

Selahattin Demirtaş, coprésident du HDP?, candidat à l’élection présidentielle

Selahattin Demirtaş, coprésident de la principale force politique kurde de Turquie, le Parti pour la Paix et le Démocratie (BDP) et du Parti de la Démocratie du Peuple (HDP), est le vrai candidat d’opposition. Le HDP a été créé pour prendre peu à peu la suite du BDP avec comme objectif de rapprocher les forces pro-kurdes de celles de la gauche turque, en vue de former, au plan national, une vraie force d’opposition. Déjà tous les députés kurdes ont démissionné du BDP pour former l’ossature d’un groupe parlementaire HDP. C’est donc en droite ligne avec cette politique que cette candidature a été posée : Selahattin Demirtaş sera le candidat des Kurdes à la présidentielle d’août prochain « avec notre peuple et nos principes » mais aussi au-delà : « j’aimerais être perçu comme le candidat de tous les opprimés et de tous ceux qui se sentent laissés-pour-compte en Turquie ».

Selahattin Demirtaş veut être aussi celui qui portera le flambeau de la lutte pour la paix « entre les Turcs et les Kurdes en Turquie ».

Né le 10 avril 1973 à Palu (Turquie), avocat, diplômé de la Faculté de droit de l’Université d’Ankara, il est membre de la fédération turque d’Amnesty International, de la Fondation des Droits de l’Homme de Turquie et de l’Association turque des Droits de l’Homme (IHD) dont il a été un temps président de la section de Diyarbakir.
Il est secrétaire général de la Plateforme démocratique de Diyarbakir en 2005, composée de groupes de défense écologiques, d’organisations de défense des Droits de l’Homme, d’organisations syndicales et professionnelles, d’organisations de journalistes, de femmes et autres organisations travaillant avec la population locale.

Il est élu en 2007 député de Diyarbakır et rejoint le groupe du Parti pour une Société démocratique (DTP), puis le BDP qui a remplacé le DTP interdit en décembre 2009. Il en devient le co-président avec Gültan Kışanak. Il est condamné en 2010 à 10 mois de prison pour des liens présumés avec le PKK et est l’un des initiateurs de la campagne de désobéissance civile de 2011/2012. En 2011, il est élu député BDP de Hakkari et, depuis peu, co-président du nouveau parti HDP.

En visite à Rennes en juin 2010, il est intervenu en faveur des détenus politiques en Turquie : « leur sort est entre vos mains » a-t-il dit au maire de Rennes, aux élus municipaux et aux parlementaires.

André Métayer


Photos : G. Le Ny, ANF


Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 19 novembre 2017

Publication

1145 Articles
Aucun album photo
118 Brèves
23 Sites Web
18 Auteurs

Visites

176 aujourd’hui
427 hier
883021 depuis le début
10 visiteurs actuellement connectés