Au Kurdistan de Syrie : interview exclusive de Redîr Xelil, porte-parole des Unités de Défense populaire du PYD (Parti de l’Union démocratique)

vendredi 15 août 2014
par  Amitiés kurdes de Bretagne

François Legeait et Gaël Le Ny (Amitiés kurdes de Bretagne) font partie des rares observateurs, journalistes, photographes qui se sont rendus, en juillet dernier, au Kurdistan de Syrie (Rojava), alors que les djihadistes de I’EIIL faisaient le siège des cantons kurdes de Djézire et surtout de Kobane et se préparaient, dans l’indifférence générale, à envahir l’Irak, chose faite quinze jours plus tard. Déjà nous signalions que la principale menace pour cette toute jeune démocratie, que les Kurdes de Syrie mettaient en place, n’était pas la dictature baasiste, dont ils ont eu tant à souffrir, mais les attaques répétées des groupes djihadistes, aggravées par l’hostilité de leurs voisins, notamment la Turquie et la passivité de la communauté internationale. L’interview exclusive de Redîr Xelil, porte-parole des YPG? (Unités de Défense populaire), réalisée à Qamishli le 11 juillet 2014, reste parfaitement d’actualité quand on sait l’efficacité des troupes de combattants et de combattantes kurdes de Syrie dans la défense de Rojava et dans la bataille engagée en Irak pour stopper l’invasion des hordes des djihadistes de l’Etat islamique (El).

André Métayer

Redîr Xelil, en avant-propos, fait un rapide rappel historique du temps où le régime dictatorial de Bachar el-Assad allait jusqu’à nier l’existence des Kurdes :

nous avons été soumis à une oppression sévère et une assimilation forcée. Les Kurdes ont perdu beaucoup de terres, ils ont subi une colonisation arabe (déplacements de populations organisés par le régime), et beaucoup ont été victimes d’une émigration forcée.

Pour autant, on vous reproche une attitude complaisante vis-à-vis du régime de
Bachar el-Assad.

Redîr Xelil -

Les Kurdes ont pris part à la révolution syrienne dès le début, sans prendre parti ni pour le régime, ni pour l’opposition, aucun ne défendant leurs droits. On nous critique pour ne pas combattre les forces du régime, mais la guerre qui oppose /’ASL (Armée syrienne libre) au régime n’est pas notre guerre. C’est une guerre pour le pouvoir en Syrie, une sale guerre confessionnelle entre Sunnites et Chiites. Ce n’est pas une guerre pour la démocratie, elle ne répond pas aux besoins des peuples. Cette guerre dure depuis trois ans, elle a fait 160 000 morts, 1 million de réfugiés, pour quel résultat ? Elle a permis la prise de contrôle de la moitié du pays par I’EIIL, un groupe de fanatiques qui veulent nous renvoyer 1400 ans en arrière ! Le départ de Bachar el ­Assad ne suffira pas et ne résoudra rien : avec le même modèle politique et l’opposition à sa place, rien ne changera. Il faut un changement de société et de mentalité. Cette guerre n’est d’ailleurs pas une révolution, car elle ne repose sur aucun fondement idéologique, philosophique. L’opposition ne veut pas changer le système, juste en prendre la tête.

Votre force repose sur les Unités de Défense Populaire du PYD? (Parti de l’Union démocratique).

Redîr Xelil -

Les YPG descendent en droite ligne des groupes de défense créés par les jeunes Kurdes après le massacre de Qamishli en 2004. Ce groupes se sont organisés progressivement et structurés jusqu’à devenir la milice que vous connaissez aujourd’hui. Les YPG sont ouvertes à tous, de toutes origines politique, ethnique ou religieuse. Même si, naturellement, les Kurdes y sont les plus nombreux. Il existe à côté des YPG des unités arabes et syriaques qui travaillent en parfaite coordination avec nous.

Les femmes sont-elles présentes dans les unités combattantes ?

Redîr Xelil -

Les unités de femmes (YPJ) représentent environ 35% de nos forces. Les femmes sont actives dans la résistance armée comme dans tous les autres secteurs de la société kurde. Des dizaines de jeunes femmes ont déjà perdu la vie dans cette guerre. Les djihadistes de I’EIIL les redoutent car ils pensent que, s’ils sont tués par une femme, ils n’iront pas au paradis (!!!).

Êtes-vous en capacité de défendre les frontières de Rojava ?

Redîr Xelil -

Nous ne disposons évidemment pas des mêmes moyens que les forces du régime, mais nous nous en sortons très bien avec les moyens du bord. Nous sommes présents dans les trois cantons. Celui d’Efrin a subi de nombreuses attaques de l’Armée Syrienne Libre ces derniers mois, attaques restées sans succès. Nous sommes, aujourd’hui, dans un processus de dialogue avec l’opposition. Celui de Kobane subit actuellement une très forte pression de la part de I’EIIL
qui annonce vouloir en prendre le contrôle pour l’Aïd. Ils n’y arriveront pas. Le canton de Djézire (Qamishli) ne subit pas les mêmes pressions que le canton de Kobane. Il n’y a plus de combats importants. Mais les positions ne sont pas, pour autant, stabilisées sur les « frontières », et ces derniers mois nous avons dû reculer un peu, abandonnant 3 ou 4 villages. Le canton est totalement isolé à l’ouest et au sud par I’EIIL. Au nord la frontière turque est fermée, et les deux points de passage sont à l’est, avec le Kurdistan d’Irak. L’EIIL ne respecte pas les lois de la guerre. Il égorge, décapite, viole, utilise des armes que nous ne connaissons pas. Armes chimiques ? Napalm ? Nous procédons actuellement à des analyses. Une telle organisation est capable de tout.

Quelles sont vos relations avec vos voisins turc et irakien ?

Redîr Xelil -

Avec les Kurdes du sud (d’Irak), nous avons des divergences politiques, mais pas de problème militaire : nous avons, par exemple, joint nos forces à celles des peshmergas lors de l’offensive de I’EIIL en juin. Quant à la Turquie, le problème est différent : elle joue un rôle très négatif dans ce conflit en soutenant les islamistes, y compris ceux de I’EIIL qui contrôlent, côté syrien, 300 km de frontière avec la Turquie, et c’est par là qu’ils entrent en Syrie.

Redîr Xelil montre un certain nombre de documents saisis sur des dépouilles de djihadistes, en particulier des cartes d’identité et des passeports de plusieurs nationalités (Turquie, Tunisie, Libye, Bahreïn...) Tous les passeports portent des tampons d’entrée sur le territoire turc, mais pas de sortie... Les djihadistes passent la frontière avec l’accord, et même avec l’aide de l’armée turque. Une plaque appartenant à un officier turc a été retrouvée, à plusieurs kilomètres à l’intérieur du territoire syrien. Les envoyés d’AKB ont pu observer le manège d’ambulances de l’armée turque ramenant des combattants islamistes blessés vers le territoire turc, alors qu’il est quasiment impossible pour un Kurde de s’y faire soigner.

Vous avez été accusés d’enrôler des enfants dans les unités combattantes.

Redîr Xelil -

Nous avons écrit à M. Ban Ki-moon, secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), qui nous accusait d’avoir recours à des enfants soldats, que nous avons signé les trois protocoles de Genève relatifs au respect des droits de femmes, au recrutement de mineurs, et à l’utilisation des mines anti-personnel. L’ONU veut nous faire la leçon, mais... elle n’a jamais résolu un seul conflit dans le monde.

Photos et propos recueillis par François Legeait


Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 19 novembre 2017

Publication

1145 Articles
Aucun album photo
118 Brèves
23 Sites Web
18 Auteurs

Visites

178 aujourd’hui
427 hier
883023 depuis le début
9 visiteurs actuellement connectés