Eyyup Doru : « c’est Erdoğan qui a armé le bras de Daesh et provoqué la tuerie d’Ankara »

lundi 12 octobre 2015
par  Amitiés kurdes de Bretagne

Qui ne connaît pas Eyyup Doru, ce militant kurde qui sillonne depuis vingt ans les routes des différents pays européens et qui est aujourd’hui le représentant du HDP? en Europe ? Le Parti de la Démocratie des Peuples, représentatif des Kurdes dans leur ensemble, mais aussi celui de militants syndicalistes, associatifs ou politiques de gauche, tous animés d’une volonté de sortir la Turquie de la dictature dans laquelle le président islamiste et autoritaire Erdoğan, qui se prend pour un sultan, la conduit inexorablement. Elus politiques, journalistes, militants associatifs connaissent ce cinquantenaire polyglotte qui s’exprime toujours avec mesure et qui, sous un calme souriant, cache une volonté de fer et un courage exemplaire. Il a souvent payé de sa personne et les drames comme l’assassinat de proches collaboratrices qui l’ont durement affecté n’ont fait que renforcer sa détermination. Aujourd’hui sa parole est écoutée. Son analyse de la situation, après l’attentat d’Ankara, mérite notre attention

Eyyup Doru

Permettez-moi tout d’abord d’avoir une pensée pour les 128 victimes - et leurs familles - et les blessés, en grand nombre, des jeunes, surtout, venus dans un esprit fraternel demander la paix des armes. Cette lâche agression qui ne diffère guère des agressions que nous subissons dans tout le pays, certaines à la bombe comme à Adana ou à Mersin. C’est la suite des attentats de Diyarbakir et de Suruç.

AM - Vous pointez du doigt le président Erdoğan alors que les autorités turques considèrent le groupe Etat islamique comme le suspect numéro 1.

Eyyup Doru

Tous les observateurs ont noté l’absence de policiers sur les lieux du rassemblement, et ceux qui sont arrivés après l’explosion ont délibérément entravé le travail des secouristes. L’explosion s’est produite en plein cœur d’Ankara, à un kilomètre du ministère de l’Intérieur, et à trois kilomètre de la présidence de la République, dans un quartier hyper contrôlé, à deux pas des bureaux du MIT? (services secrets turcs). Il est techniquement impossible de préparer et exécuter un tel attentat sans une implication directe ou indirecte de l’État même. Et tous les pouvoirs de l’Etat sont dans la main d’Erdoğan. De plus, tous les discours d’Erdoğan en campagne électorale sont des appels à la haine. Peu nous importe de connaître l’identité de celui qui fut le porteur de la bombe. Ce qui est important c’est de démasquer le commanditaire et pour nous, HDP, il ne fait aucun doute.

AM - Qu’attendez-vous des gouvernements étrangers ?

Eyyup Doru

Nous nous étonnons du soutien qu’ils affichent au président Erdoğan, sous prétexte que la Turquie serait un Etat de droit. Nul n’est sans connaître les nombreuses violations des droits de l’homme : une presse bâillonnée, une corruption étouffée, des arrestations quotidiennes, des maires destitués, des magistrats poursuivis. La Turquie peut et doit jouer un rôle important dans la lutte contre Daesh. La Turquie ? Oui mais pas Erdoğan, qui n’est pas fiable. C’est un islamiste corrompu prêt à tout pour conquérir le pouvoir absolu. Nous espérons que cet attentat va enfin ouvrir les yeux des dirigeants européens. Nous souhaitons qu’ils envoient des délégations pour empêcher Erdoğan de truquer les élections prévues pour le 1° novembre prochain.

AM - Cet attentat peut-il remettre en cause la tenue des élections ?

Eyyup Doru

C’est peu probable, bien qu’il renforce le mécontentement, y compris dans son propre camp. Chacun aura pu noter le silence du « sultan » observé depuis quelques jours. Il est à craindre qu’il prépare encore quelques mauvais coups mais sa position s’est fragilisée. Cet attentat, c’est « un coup de trop ».

AM – Optimiste ?

Eyyup Doru

Raisonnablement optimiste. Nous comptons renforcer nos positions. Nous avons par exemple 11 députés à Istanbul et nous espérons gagner 4 ou 5 sièges supplémentaires. Il en est ainsi dans les différentes circonscriptions du Kurdistan nord. Mais partout il nous faudra l’appui de nos amis européens pour empêcher les fraudes. On peut raisonnablement espérer qu’un gouvernement de coalition soit formé après les élections et qu’il règle de façon pacifique et politique la question kurde qui est dans le contexte international actuel incontournable.

André Métayer


Agenda

<<

2017

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

9 juin - A lire sur Lefigaro.fr : Patrice Franceschi :...

A lire sur Lefigaro.fr, une excellente interview de Patrice Franceschi : « À Raqqa se joue aussi (...)

28 mai - Mai/juin 2017 : articles intéressants sur la situation au Kurdistan

Quelques liens vers des articles ou infographies intéressants sur la situation du Kurdistan dans (...)

29 avril - Mars/avril 2017 : articles intéressants sur la situation au Kurdistan

Quelques liens vers des articles ou infographies intéressants sur la situation du Kurdistan dans (...)

28 février - Janvier/février 2017 : articles intéressants sur la situation au Kurdistan

Quelques liens vers des articles ou infographies intéressants sur la situation du Kurdistan dans (...)

28 décembre 2016 - Décembre 2016 : articles intéressants sur la situation au Kurdistan

Quelques liens vers des articles ou infographies intéressants sur la situation du Kurdistan dans (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 6 juin 2017

Publication

1102 Articles
Aucun album photo
73 Brèves
25 Sites Web
16 Auteurs

Visites

128 aujourd’hui
445 hier
774970 depuis le début
15 visiteurs actuellement connectés