Actualités du Kurdistan

Appel des femmes kurdes de Zin 35 à toutes les femmes

Zin 35 (association des femmes kurdes de Rennes) organise une manifestation le samedi 24 novembre 2018 pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, avec le soutien du Conseil démocratique kurde de Rennes (Amara CDK-R). Les femmes de Zin 35 lancent un appel à toutes les femmes pour qu’elles viennent les rejoindre à 15h30, dalle du Colombier à Rennes, pour une marche qui les conduira place de la République. Cette manifestation est organisée en prélude de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes célébrée le 25 novembre et soutenue par l’ONU.

Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

La date du 25 novembre a été retenue le 17 décembre 1999 pour cette journée par l’Assemblée générale de l’ONU en hommage aux trois sœurs Mirabal, Patria, Minerva et María Teresa, militantes politiques assassinées le 25 novembre 1960 par le dictateur de la République dominicaine. En 1993, l’ONU a défini la violence à l’égard des femmes comme “tous actes de violence dirigés contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée”.

Le Mouvement des Femmes libres kurdes

D’après le Mouvement des Femmes libres kurdes (TJA), une femme sur trois est exposée à la violence, en particulier au Moyen-Orient, en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Les femmes sont la cible de violences physiques et psychologiques. La violence à l’égard des femmes est aussi utilisée comme une arme de guerre. L’une de ses représentantes, Gülçihan Şimşek, qui fut maire de Bostaniçi (arrondissement de Van) entre 2004 et 2009 et qui continue son combat contre la violence faite aux femmes et contre la pauvreté considère que les problèmes des femmes sont au cœur de la vie : « nous avons créé une perspective idéologique générale sur la relation entre les femmes et les hommes, qui remet en question 5 000 ans de société patriarcale. » Et de conclure avec une citation d’Abdullah Öcalan : ” la société n’est pas libre si les femmes ne le sont pas. »

André Métayer

CDKR-2018-11-24-tract