Rojbîn, Sakine et LeylaSoutien aux Kurdes... ici

Assassinat de trois militantes kurdes le 9 janvier 2013 à Paris : la levée du secret-défense est essentielle à ce stade

8 ans après le lâche assassinat de trois militantes kurdes -Rojbîn, Sakiné et Leyla -en plein jour dans leur bureau à Paris le 9 janvier 2013 – dans lequel on connaît aujourd’hui l’implication des services secrets turcs -, la lutte juridique, politique et citoyenne pour obtenir la vérité et la justice est loin d’être terminée. Une conférence publique suivie par 204 personnes s’est tenue le 27 mai dernier, durant 1 H 30, en webinaire. Elle était organisée par le Conseil démocratique kurde en France (CDK-F), les Amitiés kurdes de Bretagne et France-Kurdistan, animée par Sylvie Jan, présidente de France-Kurdistan, avec comme intervenants Maître Malterre, avocat des familles, Agit Polat du Conseil CDK-F, Rémi Féraud, sénateur de Paris, André Métayer, président fondateur des Amitiés Kurdes de Bretagne, un journaliste au Monde, Francis Wurtz, député européen honoraire, Eyyup  Doru du HDP (Parti démocratique des Peuples de Turquie). Une conférence instructive et combative.

Visioconférence animée par Sylvie Jan

Comme médiatrice, Sylvie Jan a exprimé l’émotion vive et toujours intacte que provoque l’évocation de ce triple assassinat en  adressant l’amitié de tous et de toutes aux familles et en soulignant la remarquable persévérance de leurs avocats, de la communauté kurde et des associations engagées pour la vérité et la justice, comme celles présentes à cette conférence, membres de la Coordination nationale Solidarité Kurdistan (CNSK).

Intervention de Me Jean Louis Malterre

Une fois rappelés les éléments historiques essentiels de “cette procédure complexe et difficile “, Me Jean Louis Malterre, un des trois avocats des familles, (avec Me Antoine Comte et Me Sylvie Boitel),  a confirmé qu’une nouvelle plainte avait été déposée par les avocats des familles visant “les commanditaires, les complices et les escadrons de la mort  qui agissent en Europe comme cela a été révélé récemment en Belgique. Les familles reçues par le juge d’instruction sont sorties de cette rencontre “confiantes et rassurées”, le Juge d’instruction leur ayant confirmé que les deux magistrats instructeurs “considéraient cette affaire comme une des trois principales sur les 40 qu’ils avaient à traiter et avec l’intention de poursuivre les nécessaires investigations”.

Toutefois, Me Jean Louis Malterre a fait part de sa vive inquiétude du fait que la demande du juge d’instruction auprès des ministères de la Défense et de l’Intérieur pour obtenir la levée du “Secret Défense” avait été partiellement refusée. Il a insisté sur cette indispensable levée du “Secret Défense” et sur la nécessité de déclassifier les documents en totalité. C’est, à ce stade, l’aspect essentiel à débloquer.

Intervention de Rémi Féraud, sénateur

Le sénateur Rémi Féraud, qui était maire du 10ème arrondissement de Paris au moment du triple féminicide, a exprimé sa vive émotion à l’évocation de ce drame. Engagé aux côtés des associations, il venait d’interroger le gouvernement au sujet de la levée du “Secret Défense” et avait reçu une réponse du ministre de la Justice, rapide et courtoise, mais sans élément concret, vu “qu’une enquête était en cours”. “Mais c’est précisément le juge d’instruction qui, pour faire la lumière sur les faits, demande la levée du “Secret Défense”, s’est indigné Me Malterre. Remi Féraud a immédiatement sollicité son aide pour construire ensemble une nouvelle question au gouvernement,  précise et circonstanciée. Cette conférence aura ainsi permis cette importante rencontre. Par ailleurs, répondant à une sollicitation de Sylvie Jan, Rémi Féraud a accepté de contacter tous les groupes politiques du Sénat dans leur diversité pour tenter d’obtenir une demande commune, ou des démarches allant dans le même sens, afin d’exiger la levée du “Secret Défense”. Rémi Féraud s’y est engagé, même si ce travail “pouvait être long”.

Intervention d’Agit Polat

Agit Polat, à propos des commanditaires, a rappelé que l’implication des services secrets turcs (MIT) éraient maintenant connue de tous et que de lourds soupçons interrogeaient le rôle de l’ex-ambassadeur de Turquie en France -directeur adjoint du MIT au moment des faits-, rappelé dans son pays au moment où il aurait pu être interrogé par le juge d’instruction. Il a rappelé également que le président de la République française avait pour principe de recevoir toujours les familles victimes d’un attentat terroriste, et qu’il était encore temps de le faire. Les familles de Rojbîn, Sakiné et Leyla sont, confirme-t-il, déterminées à aller jusqu’au bout pour connaître toute la vérité et obtenir justice. Par ailleurs, il a informé la conférence des poursuites administratives que subissent en France les militants kurdes opposants à R.T. Erdoğan.

Intervention d’André Métayer

André Métayer, à son tour, a dit sa très vive émotion à la pensée de Rojbîn et de ses amies assassinées. Il a souhaité que l’instruction entende Manuel Valls et les membres de son cabinet sur le contenu de la rencontre qu’ils ont eu 21 janvier 2013, 12 jours après le triple assassinat, avec l’ambassadeur de Turquie qui, dans une note adressée à ses supérieurs, tend à démontrer une certaine convergence de vue franco-turque  dans l’exécution “des membres de l’organisation terroriste PKK tuées à Paris”. Après avoir salué le courage des familles et de leurs avocats, André Métayer a conclu par ces mots : “nous n’abandonnerons jamais”.

L’ambivalence de la position française vis-à-vis du PKK

Plusieurs intervenants sont revenus sur le verrou que constitue la qualification “d’organisation terroriste” pour le PKK, interrogeant l’attitude “deux poids, deux mesures” particulièrement critiquable de la France qui reconnait le PKK comme un allié lorsqu’il s’agit de lutter contre l’Etat islamique ou de détenir des terroristes de Daesh dans les camps en Irak, et qui, dans le même temps, le qualifie de “terroriste” quand il s’agit de la Turquie. Ce sont pourtant les mêmes Kurdes des deux côtés de la frontière.

Intervention de Francis Wurtz, député européen honoraire

Francis Wurtz, député européen honoraire a par ailleurs regretté l’hypocrisie constante de l’Union européenne, dont la France, qui se sert toujours des opposants kurdes comme monnaie d’échange dans leurs négociations avec la Turquie de R.T. Erdoğan.

Intervention d’Eyyup Faruk Doru

Eyyup Doru, du Parti démocratique des Peuples (HDP), a remercié vivement les organisateurs de cette conférence et souligné toute l’importance de la solidarité internationale.

Actions à mener, concernant le triple assassinat du 9 janvier 2013

Les évolutions du dossier nous encouragent à poursuivre des actions dans différents domaines. La conférence en a retenu cinq :

  • Poursuivre notre soutien aux familles afin que celles-ci soient rapidement reçues par le  président de la République, comme c’est le cas pour tout attentat terroriste.
  • Agir pour la levée du “Secret Défense” en coordination avec les avocats des familles et les élus.
  • Demander aux juges d’Instruction de rencontrer M. Valls, ministre le Intérieur en 2013, au moment des faits, E. Barbé, son conseiller diplomatique,  et T. Lataste, son chef de cabinet, pour qu’ils donnent leur version de la rencontre avec l’ambassadeur de Turquie en France, le 21 janvier 2013, 12 jours après l’assassinat.
  • Agir auprès des parlementaires français et européens pour qu’ils demandent à l’Union européenne et à la France de retirer le PKK de la liste des organisations terroristes.
  • Soutenir le CDK-F et les militants kurdes, opposants de R.T. Erdoğan, victimes de poursuites judiciaires et de mesures administratives répressives sous la forme de gel de leurs avoirs.
  • Poursuivre les efforts d’information et de mobilisation auprès de toutes et de tous.

Librairie

“Agir contre le massacre des femmes” en hommage à Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Saylemez. (actes du colloque du 7 janvier 2014).

“La Réponse kurde”. Sylvie Jan et Pascal Torre. 2014.

“STOP Erdoğan”. Sylvie Jan et Pascal Torre. 2017.

“Triple assassinat au 147, rue La Fayette”. Laure Marchand, Actes Sud, janvier 2017.

“Rojbîna me : notre Rojbîn”. Amitiés kurdes de Bretagne, juillet 2018.

Turquie : L’heure de vérité“. Ariane Bonzon. 2019.

Vingt-cinq années aux côtés du peuple kurde“. André Métayer. 2020.