Soutien aux Kurdes... là-bas

« Ben U Sen, l’âme kurde » s’expose à Servon-sur-Vilaine

img_0528-3_copie.jpg

Le quartier de Ben U Sen occupe un vallon au pied des remparts de Diyarbakir, au sud-est de la Turquie. C’est une communauté d’environ 18 000 âmes, en majorité des familles venues des villages kurdes rasés par l’armée dans les années 1990, mais aussi des Tziganes et, depuis peu, des réfugiés arrivés de Syrie.

img_0528-3_copie.jpgBen U Sen est un quartier auto-construit : un « bidonville ». Pauvre, mais solidaire et autonome. La tradition paysanne, fondement de l’identité des Kurdes, s’y perpétue. Il approvisionne les marchés voisins en légumes et en viande. Les espaces publics y sont, autant que des couloirs de circulation, des espaces sociaux.

Un mode de vie anachronique et une identité qui « fait tache », comme les couleurs vives des maisons. Ben U Sen a mauvaise réputation. On n’y parle pas turc, mais kurmançi ou zazaki, leurs langues (et leur culture) pour la reconnaissance desquelles les Kurdes luttent depuis des décennies, contre un état qui veut les assimiler de force. Ce quartier incarne à la fois l’injustice qui leur est faite et leur résistance à cette injustice.

La ville de Diyarbakir est l’objet d’un ambitieux plan d’urbanisme visant à en faire un pôle touristique. Au cœur de ce projet, les remparts. Ben U Sen sera rasé et sa population disséminée dans d’autres quartiers. Il nous semble essentiel qu’il ne sombre pas dans l’oubli et que ses couleurs continuent de « faire tache » dans un univers de plus en plus monochrome.

À la Caravane MJC à Servon-sur-Vilaine

Exposition de photographies de Gaël Le Ny et de François Legeait.

Jeudi 23 janvier à 20h :

  • présentation de l’exposition,
  • projection du film “Ez kurdim” (Je suis kurde), soirée-débat autour de la question kurde avec les auteurs et des membres de l’association Amitiés kurdes de Bretagne.