Soutien aux Kurdes... là-bas

La sanction contre le maire de Diyarbakir continue à faire des vagues : protestation des Présidents des Conseils généraux d’Ille-et-Vilaine et des Côtes-d’Armor

Jean-Louis Tourenne, Président du Conseil général d'Ille-et-Vilaine et Ayla Akat Ata, avocate à Diyarbakir et Députée de Batman, le 25 janvier 2008 - Photo (c) Gaël Le Ny

Jean-Louis Tourenne, Président du Conseil général d'Ille-et-Vilaine et Ayla Akat Ata, avocate à Diyarbakir et Députée de Batman, le 25 janvier 2008 - Photo (c) Gaël Le Ny
Jean-Louis Tourenne, Président du Conseil général d’Ille-et-Vilaine et Ayla Akat Ata, avocate à Diyarbakir et Députée de Batman, le 25 janvier 2008 – Photo (c) Gaël Le Ny
Après Daniel Delaveau, Maire de Rennes et Président de Rennes Métropole, Edmond Hervé, Sénateur, Marcel Rogemont et Philippe Tourtelier, députés d’Ille-et-Vilaine, Katja Krüger au nom des élus communistes de la Ville de Rennes, c’est au tour de Jean-Louis Tourenne, président du Conseil général d’Ille-et-Vilaine d’exprimer son inquiétude dans une lettre adressée à l’Ambassadeur de Turquie en France, dans laquelle il demande de rendre à Osman Baydemir, Maire de Diyarbakir, sa liberté de mouvement et donc, quelque part, “sa liberté d’expression, socle, parmi d’autres, des droits humains”.

Claudy Lebreton, Président du Conseil général des Côtes-d’Armor et Président de l’Assemblée des Départements de France (ADF), apporte quant à lui son

total soutien dans le cadre du combat que vous [AKB] menez pour le Maire de Diyarbakir et pour le peuple kurde.

Nous sommes revenus aux pires moments de ce conflit dans lequel les Kurdes réclament, depuis des décennies, la reconnaissance de leurs droits culturels et politiques et les Amitiés kurdes de Bretagne demandent à toutes les personnalités politiques d’intervenir auprès de la Turquie pour faire cesser la spirale répressive.

André Métayer

Président

DERNIERE MINUTE (22 janvier 2010)

Arrestations de 60 personnes lors d’opérations simultanées dans les provinces de Batman, Diyarbakir (sud-est), Van (est) et Istanbul (nord-ouest). A Igdir, le maire Mehmet Nuri Günes et 10 autres membres du BDP (Parti pour la Paix et la Démocratie, nouveau parti pro-kurde qui continue la lutte politique en lieu et place du DTP dissout) ont été arrêtés.