Soutien aux Kurdes... là-bas

Sylvie Jan : “le regard de ces pères de famille me réveille encore la nuit”

kobane_octobre_2014_1135.jpg

Sylvie Jan, présidente de l’Association France-Kurdistan, accompagnait une délégation conduite par Pierre Laurent, sénateur, secrétaire national du PCF, qui s’est rendue le 27 octobre au Kurdistan de Turquie pour  apporter un soutien aux combattants kurdes qui défendent Kobanê et, plus généralement, un soutien à toutes les forces politiques kurdes qui luttent  pour la liberté :

nous avons dit à Gülten Kinasak, qui nous a reçus dans sa mairie de Diyarbakir et à Ahmet Türk, dans sa mairie de Mardin, les efforts que nous déployons auprès des autorités françaises pour qu’elles exigent du gouvernement turc l’ouverture d’un corridor permettant l’acheminement à Kobanê de renforts en hommes et en matériel.

Sylvie Jan, une habituée des missions au Kurdistan, qui côtoie la résistance kurde depuis tant d’années, a néanmoins été très choquée parce qu’elle a vu et entendu durant les trois jours passés à la frontière turco-syrienne, à quelques kilomètres de la ville de Kobanê assiégée :

en montant sur une petite colline on pouvait voir, d’un côté de la frontière, Kobanê soumise à de violents bombardements et de l’autre, près de nous, un alignement de chars turcs immobiles. Voir cela de ses propres yeux, c’est révoltant.

Sylvie Jan, qui avait visité un camp de réfugiés lors de sa dernière mission en août dernier, a pu mesurer, en 3 mois, la dégradation de la situation malgré la formidable chaîne de solidarité organisée à partir des villes kurdes :

l’extension est exponentielle et les installations très précaires, même si les élus et les militants HDP font pour le mieux. La situation devient, avec l’approche de l’hiver, très préoccupante notamment pour les enfants qui sont en très grand nombre.

kobane_octobre_2014_1135.jpg

Sylvie Jan n’en dort pas la nuit. Elle entend encore les terribles témoignages de Yezidis qui ont subi les exactions de ces fous islamistes :

cette écoute est insupportable à la conscience humaine : hommes émasculés, têtes d’enfant tranchées, jetées dans les égouts, corps éventrés, adolescents torturés, jeunes filles vendues à des Saoudiens pour 1 000 dollar. Le regard de ces pères de famille rencontrés me réveille encore la nuit. Il faut pourtant bien le répéter pour que la vérité soit connue et les responsables punis.

Une campagne de solidarité est lancée. Les Amitiés kurdes de Bretagne s’y associent.

André Métayer

Appel de l’Union des Municipalités du sud-est anatolien (GABB) présidée par Gülten Kinasak, co-maire de Diyarbakir et Tuncer Bakirhan, co-maire de Siirt

Le nombre total des migrants en provenance du Rojava a atteint les 200 000 personnes. Elles vivent dans des logements et des habitations de fortune, dans des conditions sanitaires précoces et difficiles parce qu’il n’y a pas de zone de camp construit à cet effet et aucune aide officielle. C’est dans ce contexte que nous faisons appel à vous, à nos amis et à l’opinion publique démocratique internationale.

Envoyez vos dons à Ziraat Bankasi Diyarbakir Şubesi
IBAN : TR87 0001 00009131 5819 4050 11 SWIFT : TCZBTR2A001

Appel du Conseil démocratique kurde de France (CDKF)

Pour venir en aide à ces victimes des offensives cruelles et incessantes de Daesh, le Croissant Rouge du Kurdistan vous appelle à leur tendre la main. Grâce à vos dons précieux, le Croissant Rouge du Kurdistan a jusqu’ici mené à bien plusieurs campagnes d’aide humanitaire. Aujourd’hui, une aide encore plus urgente est requise pour prévenir une tragédie humanitaire.

Envoyez vos dons à :
Le Croissant Rouge du Kurdistan
SOCIETE GENERALE Banque: 30003, Guichet: 03947, Code: 00037263155, Cle: 39
IBAN:FR76 30003 03947 00037263155 39, BIC: SOGEFRPP