13 janvier 2011 : reprise du procès de Diyarbakir

Nombre de journalistes et éditorialistes de la presse paraissant en Turquie, nombre d’observateurs étrangers voient dans le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan l’homme providentiel qui va sortir la Turquie de son isolement et lui donner un rayonnement mondial. Ils louent sa diplomatie qui a pris pied en Amérique du Sud, notamment au Brésil, en Afrique, en particulier au Congo et au Cameroun et même en Chine, sans oublier le Japon, concurrent d’EDF, GDF-Suez et Areva pour la construction d’usines nucléaires en Turquie : ce réformateur va faire de la Turquie une puissance régionale incontournable établissant des relations positives tant avec ses voisins (Syrie, Iran, Irak) qu’avec la Russie et les pays du Golfe, sans pour autant s’éloigner de ses alliés traditionnels (États-Unis, pays européens) réunis au sein de l’Otan.… Lire la suite

Ouverture du plus grand procès politique en Europe depuis les purges staliniennes

Le Bureau politique du BDP appelle les parlementaires français et européens, les maires et les élus locaux, les militants politiques et tous les défenseurs des droits humains à venir assister en observateur, le 18 octobre 2010 à Diyarbakir, à l’ouverture du procès qui va juger 151 personnalités kurdes, parmi les 1 500 prévenu(e)s qui croupissent, certain(e)s depuis 18 mois, dans les geôles turques.… Lire la suite

RteSemdinli.jpg

Fin du cessez le feu : la guerre est déclarée

Les Kurdes parlent de “génocide politique” :

nous sommes revenus aux années noires, aux années 90 ; pire encore : une nouvelle alliance se forme entre l’Iran, la Turquie et la Syrie.

Alliance objective Turquie, Iran, Syrie

Dans le cadre d’un projet assimilationniste, les autorités syriennes vident les villes à majorité kurde au profit des populations arabes ; comme chacun le sait, les Kurdes, dans ce pays, sont déjà sans droits, même les plus élémentaires comme celui de se marier ou d’ouvrir un commerce ; l’Iran et la Turquie s’unissent pour éradiquer la résistance kurde et ne lésinent pas sur les moyens militaires à mettre en œuvre (dont le coût n’est pas encore précisé) avec l’aide de la logistique américaine ; ils violent en permanence le territoire du Kurdistan irakien sur lequel se trouvent les bases arrières du PKK et sa branche “iranienne”, le PJAK : les bombardements affectent surtout les villages et on signale déjà l’exode de plus de 350 familles ; les bilans sont comme d’habitude contradictoires et les chiffres de “terroristes”‘ tués est toujours à prendre avec scepticisme ; par contre, ce qui est avéré, est que les opposants au régime iranien sont pendus : ainsi, le 9 mai dernier, le régime iranien a exécuté par pendaison 5 opposants au régime dont 4 membres du PJAK.… Lire la suite

Osman Baydemir et Jean Claude Riou, V/Président de A.K.B.

En Turquie, on assassine la démocratie locale dans l’indifférence internationale

Jean Claude Riou, Vice Président des Amitiés kurdes de Bretagne, a conduit au Kurdistan de Turquie, au moment des fêtes du Newroz (nouvel an kurde), une délégation qui a été reçue, à cette occasion, le 23 mars dernier, par Osman Baydemir, Maire de Diyarbakir, Ville métropolitaine de 1 500 000 habitants, et Président du GABB (Union des mairies du Sud Est Anatolien).… Lire la suite

A Diyarbakir, 23 personnes, dont 13 maires, ont été écrouées à la suite des rafles policières visant les anciens et nouveaux maires des villes kurdes

Les mouvements de protestation des élus du Parti pour la Paix et la Démocratie et de la population continuent à l’heure actuelle.

L’opération menée sous l’égide d’Ankara et centrée sur Diyarbakir s’est déroulée conjointement dans plus de 11 villes kurdes, aboutissant à l’arrestation de plus de 80 personnes, dont 35 ont été menottées et déférées au parquet de Diyarbakir.… Lire la suite

Appel du BDP (Parti pour la Paix et la Démocratie)

Les Amitiés kurdes de Bretagne publient ce communiqué émanant du Bureau du Parti pour la Paix et la Démocratie (BDP) qui a remplacé le DTP dissout par la Cour Constitutionnelle de Turquie. A faire circuler pour informer pleinement l'opinion publique internationale. Il est temps de dénoncer l'attitude de la Turquie et sa fausse politique d'ouverture. Que nos responsables politiques exigent l'ouverture de vraies négociations de paix entre interlocuteurs représentatifs. André Métayer