Soutien aux Kurdes... là-bas

Tremblement de terre en Turquie : 40 familles kurdes immigrées en Bretagne sont de Karakoçan, ville proche de l’épicentre du séisme ; un premier bilan fait état de 57 morts

L’épicentre de ce tremblement de terre qui vient de frapper la région kurde d’Elazig (Turquie) se trouve dans le village d’Okcular (850 habitants) près de la petite ville de Karakoçan dont une centaine de Kurdes vivant à Rennes sont originaires. On compte déjà près de soixante morts et autant de blessés mais le bilan final risque d’être beaucoup plus lourd, aux dires de notre ami Mahmut qui déplore 7 morts dans sa propre famille.

La province d’Elazig, traversée par la faille sismique active d’Anatolie orientale, est régulièrement frappée par des secousses et celle-ci, de magnitude 6 sur l’échelle de Richter, s’est produite à 04H32 locales, surprenant les villageois dans leur sommeil et provoquant un mouvement de panique. Il semble que la terre continue de trembler, une vingtaine de répliques ayant été enregistrées dans la région depuis ce matin.

Karakoçan, de la province d’Elazig, est une petite ville de 30 000 habitants où cohabitent en pleine harmonie musulmans sunnites et musulmans alévis[[L’alévisme constitue la seconde religion en Turquie après le sunnisme. Il représente entre 20 à 25 % de la population nationale ; d’aucuns y voient l’exemple d’une tradition musulmane moderne.]].

Karakoçan jouxte le Dersim (Tunceli en turc), l’une des régions où la résistance kurde est très active. Les Amitiés kurdes de Bretagne se sont rendues à plusieurs reprises dans ces deux régions et l’un des membres était présent à Karakoçan lors des élections locales de mars 2009.

André Métayer