Rojbîn, Sakine et Leyla

Trois militantes kurdes assassinées : un attentat contre la paix

Le Mouvement de la Paix condamne toute l’horreur de l’assassinat sur le sol français des trois militantes pour la Paix au Kurdistan et il exprime toute sa compassion à leur famille, à tous les militants du Parti de la Paix et de la Démocratie (BDP), du Parti des Travailleurs Kurdes (PKK), à tout le peuple kurde et à leurs amis.

Cet acte inhumain se produit au moment où le gouvernement turc a été contraint par les récentes grèves de la faim de plus de 300 personnes incarcérées à engager des discussions pour la libération d’Abdullah Oçalan, Président du PKK, emprisonné depuis 1999 dans des conditions indéfendables au regard du droit international.

Nous rendons hommage à la place des femmes dans cette lutte pour la démocratie : cet assassinat veut sans doute frapper davantage l’opinion publique en s’en prenant à des femmes qui exercent une grande responsabilité politique et avec qui le Mouvement de la Paix a de nombreux contacts.

Un état indépendant a été promis aux kurdes depuis bientôt cent ans, après la chute de l’Empire Ottoman. Depuis 10 ans, le PKK a renoncé de manière unilatérale à la lutte armée. Il n’en est pas de même de la part du gouvernement turc qui multiplie les bombardements des villages et emprisonne des élus du peuple, des avocats, des journalistes. Ils sont ainsi plus de 8 000 actuellement dans les prisons dont 2 000 enfants de moins de 13 ans.

Nous formons des vœux pour que le martyre de ces trois personnes ne soit pas un obstacle à un règlement négocié de ce conflit qui ajoute aux passions dévastatrices présentes également dans plusieurs zones de cette région. Les Kurdes ont le droit de bénéficier d’une réelle autonomie, de parler leur langue librement et d’exprimer leur culture multimillénaire.

Le gouvernement français doit faire toute la lumière sur les circonstances de ce drame pour que les coupables soient jugés et condamnés. Toutes les mesures pour la sécurité des réfugiés politiques doivent être prises comme l’exige le droit international.

Nous demandons à l’Union européenne que le PKK soit sorti de la liste des organisations terroristes.

Le Mouvement de la Paix s’associe à l’appel au rassemblement européen du samedi 12 janvier à partir de 12 heures devant la gare de l’Est à Paris.

Le Mouvement de la Paix

Saint-Ouen, le 11 janvier 2012