Délégations AKB au Kurdistan

A Suruç, en face de Kobanê

chaine.jpg

Yvan, des Amitiés kurdes de Bretagne, a rejoint la délégation formée des différentes composantes de la Coordination nationale Solidarité Kurdistan (CNSK) chargée d’apporter au peuple kurde, à ses élu(e)s et à ses organisations démocratiques le soutien des militants des organisations de la CNSK qui luttent aux côtés des Kurdes pour la défense de leurs droits.

Il a sympathisé avec les militants kurdes, qui forment quotidiennement une chaine humaine près du village de Mahser situé à un petit kilomètre de la frontière, face à Kobanê et ce sous l’œil impassible des militaires turcs campant à moins de 300 mètres. lls organisent aussi des rondes jour et nuit pour s’approcher de la frontière.chaine.jpg

De cet endroit, on peut, à la jumelle, apercevoir la progression des combattants des YPG et YPJ qui reprennent du terrain. jumelles_1_.jpgIls sont aidés par des peshmergas venus du Kurdistan irakien et par quelques unités de l’ASL (armée libre syrienne). A noter à ce sujet qu’il s’agit d’unités déjà intégrées à la défense de Kobanê, bien avant l’arrivée des troupes du prétendu « Etat islamique » (EI).

Soutien des imams kurdes

Au milieu de la foule kurde, scandant des slogans et entonnant des chants de la guérilla et dans laquelle se trouvent des militants turcs progressistes, cinq imams venus de Mardin se sont mêlés à la chaine humaine, montrant de façon spectaculaire le soutien des musulmans à la lutte contre l’EI et leur sympathie pour les combattants des YPG et YPJ. imams.jpgIls se sont également rendus il y a quelques semaines, avec une autre délégation de douze imams kurdes de Turquie, à Lalesh, centre spirituel des Yézidis dans le Kurdistan d’Irak, afin de témoigner de leur solidarité comme “alims” (connaisseurs de l’Islam) et de dénoncer les exactions des fanatiques de l’EI. A Suruç, la mosquée est, comme la ville, pleinement mobilisée pour venir en aide aux réfugiés qui viennent du Rojava tout proche. Elle apporte sa contribution à l’hébergement et au service des repas. refugiees.jpg

Appel à l’aide de Suruç

La délégation a été reçue par la municipalité HDP de Suruç (Pîrsûs en kurde) ville de 100 000 habitants située dans le district du même nom (province d’Urfa) à 15 km de Kobanê. mairesse-suruc.jpgZuhal Ekmez, co-maire de Suruç, n’a pas caché son émotion devant toutes les marques de sympathie qui affluent du monde entier :

c’est très important de soutenir le moral de toute la population qui souffre et qui lutte héroïquement. C’est une des raisons qui nous fait espérer que la victoire est proche. Mais nous devons faire face à une situation extrêmement difficile créée par l’afflux incessant des réfugiés. Nous sommes en première ligne et nous avons dû, avec le HDP et le Croissant rouge, organiser les premiers secours et palier à la défaillance de l’Etat turc. Aujourd’hui encore le Gouvernement AKP ne gère que deux camps dans le district de Suruç, soit environ 6 000 personnes sur près de 50 000. Nous espérons que sa prise en charge par l’intermédiaire de l’AFAD (organisation étatique) va monter en puissance.

Yvan fait route vers le Rojava, en passant par le Kurdistan d’Irak. Il sera bientôt à Qamishlo.

André Métayer