Actualité politique

Avec le procès “Kobanê”, Erdoğan ourdit un véritable complot contre le HDP

Le procès dit de Kobanê qui s’est ouvert le 26 avril dernier impliquant 108 dirigeant·e·s du Parti démocratique des Peuples (HDP), dont 28 sont déjà en détention, a repris le 18 mai après une interruption qui devait permettre à la 22ème chambre de la Cour d’assises d’Ankara de prendre connaissance des centaines et centaines de documents qui constituent les volumineux dossiers d’accusation. Dans sa conférence de presse donnée sur les marches du tribunal, dans l’enceinte de la maison d’arrêt de Sincan, Mithat Sancar, coprésident du HDP, a ironisé, démontrant que les juges n’avaient pas eu le temps matériel d’étudier les dossiers, si tentés étaient–ils de le faire :

la commission judiciaire affirme avoir lu l’acte d’accusation dans les trois jours. Nous savons que le tribunal n’a pas lu cet acte d’accusation. Nous savons aussi où cet acte d’accusation a été fabriqué de toutes pièces par les hommes de l’ombre du gouvernement.

Accusations sans preuve

Les accusations sont énumérées, mais la plupart des éléments de preuve ne sont pas inclus dans l’acte d’accusation. La commission judiciaire, en faisant preuve de partialité, agit contre la loi. Elle commet un crime. Le procès devrait être celui de ceux qui ont préparé ce complot contre nous, pour cacher les crimes commis en 2014 par le gouvernement.

Changer ce régime corrompu

Indiquant les derniers messages vidéo et confessions de Sedat Peker, l’ultranationaliste chef de la mafia turque, sur les enchevêtrements criminels de l’Etat, Mithat Sancar hausse le ton :

Alors que les crimes les plus graves en Turquie ont été dévoilés ces derniers jours, aucun procureur ne s’en est saisi. Dans le même temps, des poursuites sont intentées contre le HDP et le peuple kurde avec des allégations sans fondement, exigeant de lourdes peines.

Le pseudo procès, en fait le complot, est mené contre le HDP pour couvrir les milliards volés aux citoyens par l’État mafieux, Nos amis le révéleront pendant le procès. Ils jugeront le pouvoir politique, cet ordre pourri. En fait, ils ont déjà commencé à le faire fortement. Au fur et à mesure que le procès progressera, ils révéleront les vérités de manière plus forte et plus complète. Et nous sauverons ce pays de ce gouvernement corrompu, nous avons le pouvoir de le faire parce que nous prenons parti pour la vérité.

André Métayer