Soutien aux mouvements démocratiques

Halte à la répression à l’encontre des ressortissants kurdes en France

Publié

En quelques jours, plus de 20 Kurdes ont été arrêtés en France.

Parmi eux, des intellectuels tels que Idris GUZEL, des militants ou de simples résidents et réfugiés politiques.

Ces arrestations interviennent dans un climat et contexte de criminalisation de l’action politique, syndicale et associative dans notre pays, dénoncée par de nombreuses organisations et partis politiques.

Dans le même temps où la France et le Président N. Sarkozy s’opposent à l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne, les arrestations opérées ne peuvent être interprétées que comme des gages donnés à celle-ci. Une nouvelle fois, les aspects politiques et économiques prévalent sur le respect des droits de l’homme et des réfugiés politiques.

Nous dénonçons et condamnons avec force cette politique qui ne peut être une réponse adaptée à la résolution de la question kurde.

Celle-ci doit être résolue dans le cadre d’un règlement politique et pacifique ayant pour fondement la reconnaissance de l’identité kurde, le respect des droits politiques et culturels.

La France devrait jouer un rôle plus important vis à vis de la Turquie, pour que celle-ci s’engage dans la voie de la reconnaissance des minorités et de la démocratisation de la société

– Nous exigeons la libération immédiate et inconditionnelle des personnes arrêtées, la levée du contrôle judiciaire pour celles assignées à résidence

– La cessation des pressions à l’encontre des associations et militants kurdes

Paris, le 18 juin 2009

Parti Communiste Français – PCF

Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié des Peuples – MRAP

Association Culturelle des Travailleurs Immigrés de Turquie – ACTIT

Mouvement de la Paix

Congrès National du Kurdistan – KNK

Fédération des Associations Kurdes en France – FEYKA

Centre Culturel Kurde Ahmet Kaya – CCKAK

Amitiés kurdes de Bretagne – AKB