Actualité culturelleSoutien aux Kurdes... ici

“Je n’ai plus peur de la nuit”, le combat de deux femmes kurdes

Lundi 29 mars à 20h, l’association Comptoir du Doc propose un documentaire réalisé par Sarah Guillemet et Leila Porcher, qui suit deux femmes kurdes, Hélia et Sama, qui décident de prendre les armes clandestinement pour lutter contre les violences qu’elles subissent dans leur pays, l’Iran, en tant que femmes et en tant que kurdes. Entre aspirations à la liberté et désillusions, désirs de révolte et nostalgie du pays, elles découvrent à leurs dépens qu’avoir une arme en main ne conduit pas à une liberté certaine. Mais, bien au-delà d’un apprentissage guerrier, la formation redonne à ces gens meurtris la capacité d’agir. Leur engagement leur permet de s’émanciper, de retrouver une dignité jusque-là bafouée et d’imposer leur existence face à l’État iranien.

Leila Porcher :

il ne s’agissait pas de filmer des personnes exceptionnelles, capables de tout ou avec une puissance particulière, mais de montrer simplement que par un choix qu’elles ont fait dans leur vie, elles étaient capables d’avoir cet engagement et la puissance qu’il y a derrière.

Ce documentaire de 72mn sera suivi d’un débat avec les réalisatrices en visio-conférence : pour s’inscrire et voir ce documentaire en ligne.

“Je n’ai plus peur de la nuit” s’inscrit dans les actions programmées à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes : des conférences, des expositions et des films sont proposés durant tout le mois de mars.

“Je n’ai plus peur de la nuit” de Leïla Porcher et Sarah Guillemet – 52 min – France – 2019. Production : Les Productions du Lagon, co-production : Sister Production, France 3 Corse ViaStella, avec le soutien du CNC, de la PROCIREP et de l’ANGOA, de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur et de la Région Nouvelle-Aquitaine, en partenariat avec le CNC.

8 mars : journée internationale des droits des femmes

Clara Zetkin instaure en 1910 une journée de mobilisation des femmes. Elle sera fixée le 8 mars en 1917, avec une grève des ouvrières de St Pétersbourg. Cette journée sera reconnue officiellement par les Nations Unis en 1977. Depuis, chaque année, le 8 mars est l’occasion de manifestations qui mettent en avant les luttes pour les droits des femmes. C’est l’occasion pour un certain nombre d’associations de réfléchir sur la condition des femmes (viols, violences psychologiques, harcèlement…) dans le monde entier, de mettre en avant les luttes pour une égalité femmes-hommes. C’est dans ce cadre qu’un programme est élaboré chaque année avec la ville de Rennes. Cette année il est uniquement en numérique.

8 mars à Rennes : rassemblement à 14 heures place de la République.

Ghislaine Mesnage et André Métayer