Soutien aux mouvements démocratiques

Un gréviste de la faim, grabataire, livré par la Suisse à l’Allemagne

Metin Aydin est en grève de la faim depuis le 10 septembre 2012. Le pronostic vital est engagé. Il n’en a pas été moins traité par les autorités helvétiques sans aucune considération humanitaire. Metin, kurde né à Siirt en Turquie, est arrivé en 2004 en France qui lui a accordé le droit d’asile et l’a placé sous sa protection. Metin est bien connu et estimé à Rennes et en Bretagne pour être un militant actif de la cause kurde. Ses activités militantes l’ont conduit au cours de ces dernières années dans plusieurs pays d’Europe. Le 20 juillet 2011, il est interpellé à la frontière franco-suisse à la demande de l’Allemagne et incarcéré à Bellinzone. Les faits qui lui sont reprochés restent encore une zone obscure pour son avocat suisse qui a exploité, en vain, toutes les voies juridiques pour qu’il soit remis en liberté. Au 50ème jour de grève, Metin est transporté à l’hôpital-prison de Zurich, est extradé le 1 novembre et conduit en ambulance à l’hôpital de la prison de Stuttgart. Il risque d’être extradé vers la Turquie.

Manifestations à Vannes, Rennes, Nantes, en faveur de Metin

La situation de Metin Aydin a semé un vent de colère dans toute la diaspora kurde. Un sit-in a été organisé devant le ministère de la justice à Berne pour protester contre l’extradition. Une campagne de pétitions a été lancée à l’initiative d’associations humanitaires kurdes, suisses, allemandes et turques en faveur de la libération de Metin. 4 000 signatures ont déjà été recueillies. Il faut sauver Metin.

L’Allemagne doit faire preuve d’humanité en le remettant immédiatement en liberté pour des raisons médicales. La France, qui lui a accordé le statut de réfugié, se doit d’intervenir et de demander son rapatriement en France.

Tel a été le message que les Kurdes de Bretagne ont lancé, rassemblés aujourd’hui à Vannes. Ils se retrouveront à Rennes le 5 novembre (18 h place du Colombier) et à Nantes, pour une grève de la faim de 3 jours, de mardi 6 au jeudi 8 novembre.

André Métayer