Actualité militaireActualités du Kurdistan

Donald Trump lâche les Kurdes du Rojava

La Turquie va bientôt mettre en œuvre son opération prévue de longue date dans le nord de la Syrie. Les forces américaines ne vont pas soutenir ou être impliquées dans l’opération, et les forces américaines, qui ont vaincu le califat territorial de l’État islamique, ne seront plus à proximité immédiate

 a déclaré la porte-parole de la Maison-Blanche.

Cette annonce a été immédiatement suivie d’effet. L’Observatoire syrien des Droits de l’Homme a confirmé un retrait des forces américaines de positions clés à Ras al-Aïn et Tal Abyad. Federica Mogherini, haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité a fait savoir, par la voix de sa porte-parole, l’opposition de l’UE à une offensive de la Turquie dans le nord-est de la Syrie :

une reprise des hostilités saperait les efforts engagés pour une résolution de ce conflit. Toute reprise des hostilités exacerbera les souffrances du peuple syrien, entrainera des déplacements de populations et sapera les efforts politiques engagés pour résoudre ce conflit.

Les Forces démocratiques syriennes, composées majoritairement de Kurdes, ont averti qu’une telle opération militaire turque entraînerait une résurgence majeure des djihadistes de l’Etat islamique et annulerait “des années de combats fructueux“. Elles se préparent déjà à résister à une offensive turque dans les zones de Ras al-Aïn, Tal Abyad et Kobanê.

La Coordination nationale Solidarité Kurdistan (CNSK), réunissant une vingtaine d’organisations dont les Amitiés kurdes de Bretagne, l’Union démocratique bretonne, le Collectif Azadi Kurdistan Vendée et le Conseil démocratique kurde de France (CDKF), lance un appel pour une participation massive aux rassemblements qui seront organisés dans différentes villes de France pour protester contre les menaces de la Turquie :

Mis à mal en Turquie lors des dernières élections municipales, Erdoğan et l’AKP veulent éradiquer le projet d’autonomie (pour une société démocratique, multiethnique et multiculturelle, mettant en avant l’émancipation des femmes), porté par le mouvement kurde au nord de la Syrie (AANES). Pour les habitant·e·s des zones sous contrôle de l’AANES, une invasion turque sera synonyme d’un massacre et d’un exode de centaines de milliers de civils fuyant les combats. Nous l’avons vu à Afrin, où les groupes pro-turcs ont organisé le pillage de la région, où les kidnappings crapuleux, les viols et les meurtres sont quotidiens. Nous ne pouvons rester immobiles face à ces menaces.

La CNSK demande au gouvernement français une intervention diplomatique auprès des Nations-Unies et une action directe pour s’opposer à l’invasion turque en participant à l’établissement d’une zone d’exclusion aérienne, visant à protéger la population kurde des attaques chimiques et des bombardements aériens.

Le CDKF appelle la France à

adopter une position claire en faveur de la sécurité des Kurdes et des Français et d’user de ses pouvoirs diplomatiques et économiques pour faire pression sur Erdoğan et stopper les visées génocidaires de la Turquie à l’encontre des Kurdes.

André Métayer

CNSK-2019-10-07-Rojava

CDKF-CP-2019-10-07-retraitamericain